Le Chacal : un tueur froidement glacial

15133737_1830671987151353_909105398_o

Pas de coup de schlass ni de vile surinade pour l’assassin d’aujourd’hui. Le Chacal, (anti-)héros du film franco-britannique éponyme de 1973, n’a que faire de ces bêtises. Lui, ce qui lui plaît, c’est une préparation méticuleuse et un plan prévu au poil de ionf, qui l’amèneront jusqu’à sa proie sans défense…
Enfin, sans défense, façon de parler ! Parce que le Chacal est du genre à chasser du bon gros gibier. Style Charles de Gaulle.
Et je parle pas du porte-avion.

Le Chacal est un sacré Renard

Tout commence peu après l’attentat raté du Petit Clamart, en 1962. L’OAS est bien embêtée. De Gaulle semble être plus imperméable aux balles qu’une veste en kevlar ! Les dirigeants de l’organisation, exilés en Autriche, se décident alors à employer un tueur à gages. Il faudra au moins le meilleur d’entre eux pour contrer les services secrets français, la police, ainsi que les gardes du corps de Charles. 
Ils démarchent donc un Anglais, très réputé dans le milieu, qui, après avoir moqué leur échec, et leur avoir demandé une somme exorbitante pour le job, choisit le pseudonyme de Chacal.

Et en une scène, ledit Chacal vient déjà de renvoyer Sean Connery au vestiaire. Swagger naturel, yeux glaciaux, démarche qui laisse paraître une maîtrise certaine, le Chacal est le James Bond des assassins du Cinéma.
Chaque émotion qui se lit sur son visage, tout au long du film, n’est qu’un calcul rationnel, pour gagner les faveurs d’une personne, ou l’effrayer. Le reste du temps, son visage est un bloc figé, impassible, déterminé. Aucun des sentiments passant sur ses traits ne vient sous le coup de l’émotion. Il n’est qu’une bête à sang froid, calculant constamment chacun de ses gestes. Un être éminemment rationnel, tirant carrément sur le sociopathe. Et Edward Fox fait un boulot de dingue à interpréter ce personnage.

edward-fox-1
Edward Fox is… THE JACKAL !!

La première partie du récit s’intéresse d’ailleurs à la préparation du Chacal pour son boulot. On le voit aller se faire fabriquer une arme très particulière, récupérer différents produits chimiques, voler un passeport, visiter un cimetière…
Toutes ces actions, qui semblent étranges quoique méticuleusement choisies, vont se révéler utiles quelques dizaines de minutes plus tard, permettant au Chacal d’échapper à la police à plusieurs reprises. Sachant que De Gaulle a survécu, et qu’on est pas dans Inglourious Basterds  (à réécrire l’Histoire à la batte de baseball), le plus grand questionnement qui va vous tarauder tout au long du film, face à ces réussites répétées, c’est bien « Mais comment ce type a-t-il pu rater son coup ?« . Et au final, parce qu’on sait qu’il va perdre, on s’identifie à ce personnage, pourtant si inhumain, et ça, c’est une des bien belles réussites du film.

« Bon voyage Monsieur… Monsieur Chacal. »

Comme je le disais, la police se mêle rapidement de l’affaire lorsqu’elle apprend l’existence du Chacal, après que les services secrets aient torturé à mort un membre de l’OAS, révèlant l’existence d’un assassin engagé par l’organisation pour refroidir De Gaulle. De là, le film se divise en deux histoires parallèles, l’avancée du Chacal en France jusqu’à Paris, et les recherches du commissaire en charge de l’enquête. Cet homme, c’est Claude Lebel, interprété par Michel Lonsdale, un homme simple et honnête, qui se retrouve dans une situation incroyable, celle d’être en charge de la capture du Chacal et de sauver la vie du Général. Et en plus ça rime.

gr_chacal73-01-jpgoriginal
Ah tu t’sens pas à l’aise Cloclo, hein ?

Rapidement, se dessine une situation à l’ironie mordante : le Chacal se balade en France, échappant à la capture sans aucunes difficultés et profitant des femmes françaises comme des paysages au volant de sa décapotable de luxe. Les flics eux, sont au turbin, à travailler comme des malades et sans aucun repos. Ils enchaînent les heures et les travaux ingrats, leurs recherches patientes permettant de trouver, indice après indice, l’identité et la position du Chacal.

Cette ironie assez british, on la retrouve tout au long du film et on y est confronté dès les premières minutes, dans une scène qui donne le ton pour le reste du film, avec l’attitude bravache du chef de l’opération du Petit Clamart. Son destin le rattrape malheureusement bien plus vite qu’il ne le croit, avec un sarcasme bien caustique.
Ce passage du film, que l’on peut mettre en parallèle avec son IMMENSE final (qui lui aussi joue lourdement la carte de l’ironie), montre le trop plein de confiance de certains en leurs capacités, et la désillusion qui s’ensuit face à un destin qui n’en a cure. La désillusion, c’est un des grands thèmes de ce film, et bon nombre de personnages, pour ne pas dire tous, doivent y faire face à un moment ou à un autre, bien souvent critique. Que ce soit un petit truand Italien se croyant plus malin qu’il n’est, une femme amoureuse, ou encore des dirigeants de l’OAS percevant bien que leur cause va droit dans le mur…

« Vous ne pouvez pas vous permettre d’être émotif »

Cette phrase prononcée par le Chacal comme une moquerie envers l’OAS, est tout particulièrement pertinente quant à la réalisation, et donc à la forme du film.
Aucun plan n’est superflu. AUCUN. Même ceux qui paraissent hors contexte, sont en fait issus des réflexions du Chacal, et se voient donc confirmés dans leur utilité plus tard dans le film. Tout comme le Chacal, efficace à l’excès, n’ayant aucun geste inutile, il en est de même des plans du film, réalistes, demandant un minimum de mouvements à la caméra voir aucun, avec une utilisation prononcée du plan séquence. Les cut épileptiques si typique de notre époque sont totalement absents de ce film quasi-documentaire, et ça fait chaud au cœur.

chacal
Serait-ce une analyse de la réal’, que j’aperçois au loin ?

La réalisation se retrouve donc totalement en phase avec le fond du film, devenant elle même froide, calculée, rationnelle. Le personnage du Chacal s’en nourrit, constamment valorisé par cette réalisation mise au diapason de son caractère. Tout se trouve dans le détail, comme pour le plan machiavélique de notre assassin : un clignement de l’œil nerveux d’un personnage, les cheveux de plus en plus grisonnants de Lebel…
Cette volonté constante de montrer sans expliquer, de laisser se mettre en place une narration en grande partie visuelle, tout cela amène à dire que Le Chacal est une réussite, et fait plus rare, dépasse même en qualité son matériau d’origine. Un bon roman, certes, mais dévalorisé par une explication constante des démarches et actions du Chacal, là où le film nous les fait découvrir avec un sentiment constant de curiosité et de tension.

Verdict

Le réalisateur du film, Fred Zinnemann, a un jour comparé son film à « un gigantesque puzzle, froidement rationnel, sans aucune forme d’émotion. » Et il avait bien raison le bougre. Le Chacal ne vous fera pas pleurer, ni ne vous fera rire. Esquisser un sourire devant une ironie mordante (so british !) sera peut être l’action la plus importante de vos zygomatiques face à ce film.
Mais sa réussite se trouve ailleurs. Dans sa réalisation glaciale et pourtant inspirée, dans son personnage principal froid et néanmoins attachant, dans son histoire austère mais follement passionnante. Rarement un film aura su allier son fond et sa forme et les placer dans un tel état de symbiose, les associer pour qu’ils créent, main dans la main, un chef d’œuvre de suspense et de tension.

Le Chacal reste un des assassins les plus influents et les plus classieux du Cinéma, et l’Agent 47, pour ne citer que lui, peut le remercier.

Narfi

Narfi a été accueilli au sein du Cri malgré sa nature de troll des forêts du Périgord, une sous espèce cohabitant rarement avec ses cousins des plaines Limougeaudes (Petrocore constituant la seule exception connue des Trollologues) Crasseux et vulgaire, poète dans l'âme, il aime à rester au fond de la tanière pour lire des bédés et jouer sur son PC, insultant de sa bouche pleine de poulet frit tous ceux croisant son chemin dans les dédales des internets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.