500 questions que personne ne se pose : un livre de chiotte

L’un des devoirs du Cri du Troll, c’est d’essayer de coller à l’actualité. Car pour pousser nos lecteurs à la découverte de choses inconnues, quoi de mieux que de traiter la nouveauté ?

Ça tombait super bien, une entreprise dédiée à la culture venait de me rappeler par SMS que j’allais devoir me déplacer en magasin pour y choisir un livre, faute de quoi je recevrais leur sélection arbitraire. Je m’y dirige donc, je furète entre les rayons mais ne trouve pas grand-chose. Même les bandes-dessinées, qui ont généralement ma préférence, ne m’emballent pas. Mais voila-t-y pas qu’un bon quart d’heure plus tard, alors que je suis sur le point de faire mon choix à plouf-plouf, je tombe sur ceci :

500-questions-que-personne-ne-se-pose

Le dernier livre de Laurent Baffie. Le concept est simple : c’est une succession de questions absurdes, 500 pour être exact, qui ne sont qu’un prétexte pour caser calembours et autres bons mots de mauvais goût dont ce monsieur est le maître. J’avais déjà parcouru son précédent livre, Le dictionnaire de Laurent Baffie, et il m’avait bien plu. Qui plus est, je n’avais pas très envie de grande littérature. Alors voilà, je passe à la caisse et je l’achète.

Le concept, en quelques mots

Vous savez, quand j’ai titré « un livre de chiotte », je le pensais. Littéralement. Et Laurent Baffie le pensait aussi. En préambule se trouvent dix questions qui présentent un peu le bazar, dont celle-ci :

Combien d’années ce bouquin va-t-il traîner dans vos chiottes ?

Le ton est donné, vous savez que si un jour Laurent Baffie vient faire caca chez vous (tout peut arriver), il ne s’offusquera pas de trouver son œuvre dans le petit meuble à coté du trône. Et c’est justifié ! Par son principe même, le livre encourage à juste y jeter un œil de temps à autre. On le saisit et on prend une page au hasard, quand on a un peu de temps à tuer. Les plus prévoyants l’auront muni d’un marque-page pour ne pas toujours tomber sur les mêmes questions (comme moi au début). Les gens qui passent plus de dix minutes aux toilettes verront donc tout de suite l’avantage de s’en armer avant une séance de selle.

ctol-meuble-toilettes-blancLà, à coté du Point, ce livre fera sensation

Mais qu’y a t il dans le dedans de l’intérieur ?

Quant au contenu, il y en a pour tout le monde. De l’absurde, du bien grivois, du spirituel… Laurent Baffie l’a déjà maintes fois prouvé : il ne se cantonne pas qu’à un seul type d’humour (même si le gras semble avoir sa préférence). Histoire de vous donner une idée, voici quelques unes de ses questions :

Si les bi sont plus ouverts, les tri sont-ils plus sélectifs ?

Les Huns de Troyes savent-ils compter jusqu’à dix ?

Si on organisait les jeux paralympiques à Lourdes, les miracles seraient-ils éliminatoires ?

Une végétarienne qui avale fait-elle une entorse à ses convictions ?

Voilà donc, il y a vraiment de tout, même des trucs très étonnants et inattendus que je ne vais bien évidemment pas vous spoïler. Cette volonté de partir un peu dans tous les sens est un avantage et un inconvénient, car il m’est arrivé quelques fois de trouver certaines questions pas drôles du tout. D’autres, au contraire, m’ont arraché un bon rire franc. Gageons que ce sera un peu pareil pour tout le monde, à moins que vous ne soyez très bon public (vous rirez tout le temps) ou complètement hermétique au personnage / à son humour (vous direz que c’est de la merde). 

10742718_10204115763826704_824066312_o

 « 500 questions que personne ne se pose » est donc un ouvrage singulier. Tout comme le dictionnaire du même auteur, sa simple vocation est de faire rire sans se prendre la tête. Le choix de faire un recueil de petites questions efficaces en fera le compagnon à avoir pour vos trajets en bus, la salle d’attente du médecin, les temps de chargement trop longs ou, comme dit plus haut, les séances de défécation qui ont tendance à s’éterniser.

Un titre un peu mensonger cependant, puisque je me suis déjà demandé à quoi pensaient les aveugles en se masturbant.

 ———————————————————————————————————————————————————————————————————————–

LE SAVIEZ-VOUS ?

Lors d’un stage, c’est une membre de notre staff (oui oui, celui du Cri du Troll) qui a confectionné les affiches promotionnelles pour le métro parisien ! Sa collègue a quant à elle fait la couverture du livre.

Affiche métroLa photo des dites affiches. Prise par Asgeir, notre correspondant parisien qui a bien voulu lâcher Shadow of Mordor deux minutes pour aller zoner dans le tro-mé.

Petrocore

Tout comme Narfi, Petrocore est issu de la sous-espèce des Trolls du Périgord (d'où son nom). Il se nourrit de tout ce qui passe à sa portée du moment que ça a été cuit dans de la graisse d'oie, voire de canard. Parce qu'il aime le gras, Petrocore est surtout versé dans la musique métal brutale et toutes sortes de produits faisant preuve d'un bourrinisme sans failles ou d'un humour pas fin.