Saboteur : Un Nain vaut mieux que deux tu l’auras

Aaaah, quand vous aviez organisé cette petite soirée jeux, vous pensiez avoir des amis… Mais ça, c’était avant que l’un d’eux ne ramène Saboteur ! Quand il a posé cette petite boîte sur la table, parmi les bières et les bols de chips, vous n’aviez vu que des nains joviaux, piolets en main, et la mention « 8 ans et + ».
Inoffensif. Vous pensiez trouver la pépite au bout du tunnel, mais vous n’avez fait que perdre votre innocence.

Commençons par les présentations. Le jeu de Frederic Moyersoen n’est pas tout jeune, il est sorti en février 2004 et a reçu le prix LUDO des ludothécaires (Belgique). Composé de 110 cartes, il est jouable par 3 à 10 personnes et les parties durent environ 30 minutes.
Nous ne sommes pas tout jeunes non plus. Sur six, trois d’entre nous travaillent dans le jeu vidéo, et si on apprécie beaucoup les jeux de société, y compris en découvrir de nouveaux, on n’est guère des spécialistes. On aime bien en sortir un de derrière les fagots, et de toute façon ce soir-là, on n’avait pas très envie de se lancer dans une partie de plusieurs heures.

Jeux de nains, jeux de vilains

Le MJ du soir nous explique donc que c’est un jeu semi-coopératif, dont le but est d’avoir un max de pépites. Et si vous êtes aussi naïf que moi, vous vous dites : « youpi c’est super on va tous s’entraider et tout partager et coiffer des poneys » . Laissez-moi vous dire que le « semi » est important.

Nous sommes donc des nains qui cherchons de l’or en construisant des tunnels sous la montagne. Tout commence très logiquement avec une carte « départ », un carrefour pourvu d’une échelle (faut bien rentrer par quelque part).

Tranquille, on va te creuser ça en deux-deux, on aura même le temps de poser du placo et du papier peint. ©Amigo

Au bout d’un espace de la taille de sept cartes nous attendent trois cartes « trésor », face cachée. Sur une seule (mais laquelle ?) figure la pépite tant convoitée.
En bons professionnels, nous avons tous un équipement de base : piolet, lanterne, chariot, et comme nous jouons à 6, une main de cinq cartes qui peuvent être des chemins, des culs de sacs, ou des actions. Les cartes non distribuées forment la pioche. 
Sauf que bien sûr, élément-clé du jeu : parmi votre fine équipe, certains sont des petits saboteurs ! A 6 joueurs, ils peuvent être deux ou trois, et vous ne saurez qu’à la fin qui et combien ils sont. Or, si pour gagner les gentils nains doivent trouver le trésor, les petits sournois ont pour objectif qu’ils n’y arrivent pas, c’est ainsi qu’ils gagneront leurs précieuses pépites. Les bougres.
Et m. Moyersoen est un petit vicieux. D’abord, toutes les cartes « chemin » doivent être posées dans le même sens, et se connecter aux cartes adjacentes. A son tour, le nain doit soit poser une carte « chemin » ou une carte « action », soit se défausser, puis re-piocher une carte. Or, quand la pioche est vide, elle le reste !
Les cartes « action » permettent de regarder une carte « trésor », casser un équipement, le réparer, ou ébouler un chemin.
Bien sûr, si l’un de vos outils est brisé, vous ne pourrez pas creuser avant qu’il soit réparé, par vous ou une âme charitable… Entre temps, vous pourrez vous venger sur les outils des autres ou regarder une carte « trésor », mais si vous n’avez pas de carte « action », pas le choix : vous devrez vous défausser.

Je vous jure il faut 7 cartes de large entre l’entrée et les trésors. Je sais pas pourquoi ils ont fait ça (ToT) . ©Gigamic

Pompon sur le gâteau, ce jeu se joue en trois manches, à l’issue desquelles LE joueur qui a le plus de pépites gagne, lui et lui tout seul. Notez bien ceci : celui qui pose la carte permettant de trouver le trésor est le premier à se servir parmi les cartes « récompense », mais la distribution se fait ensuite en sens inverse du tour de jeu. Vous avez donc parfois tout intérêt à ce que le gagnant ne soit pas placé trop loin de vous… 

Welcome to the Jungle

Et c’est là que le doux rêve de coopération disparaît dans les limbes d’une guerre qui ne dit pas son nom…
Car très vite, tout le monde soupçonne tout le monde. La moindre parole, le moindre sourire ou soupir est immédiatement disséqué par les autres qui essayent de voir clair dans votre jeu.
Si vous êtes, comme moi, doté d’un esprit stratégique qu’on pourrait qualifier d’ « aléatoire » en étant sympa, vous avez toutes les chances de vous faire lyncher à chaque carte posée.

« Un ennemi déclaré vaut mieux qu’un ami douteux. » (proverbe) Le Saboteur, allégorie ©Amigo

T’as mis un cul-de-sac pour indiquer qu’il ne fallait pas aller à droite ? Tu as beau être la seule à avoir regardé les cartes trésor, bim, tu perds ton chariot et ta lanterne, personne ne croit ton innocence.
Par contre on répare le piolet de Momo, ton pote qui prend un malin plaisir à accuser tout le monde, ce qui lui permet deux tours plus tard de poser un éboulement dévastateur pile au croisement initial! Mais si, rappelez-vous, la règle du chemin continu … Haha.
Et Kévin, que tu prenais pour un fourbe depuis le début, grand seigneur, le répare, permettant aux nains de gagner… Avant d’avouer qu’il était bien saboteur. On n’a pas compris non plus. Olivier, lui, aurait certes pu poser la carte salvatrice avant, mais il voulait surtout être bien placé pour les pépites, parce que c’est un gros greedy.

Bref, on y perd son latin, on y perd ses pépites, on y perd toute confiance en ses « amis » mais le sont-ils vraiment tous ces ssssales sournois, gollum ! En revanche on n’y perd pas son temps parce que malgré ces petites frustrations (l’école de la vie, tout ça…) on rigole bien. 
Et surtout, on est repartis pour deux manches, puis une autre partie, parce que franchement c’est pas juste, moi j’ai jamais été saboteur et de toute façon Kévin il fait toujours perdre son équipe.

Nainporte qui va faire nainporte quoi

Et ce n’est pas peu dire, car Saboteur est pourvu d’une extension, elle aussi dessinée par Andrea Boekhoff, qui permet de jouer à 12. Cette fois, les chercheurs d’or sont divisés en deux équipes, mais bien sûr seule celle qui finit de creuser le tunnel jusqu’au trésor gagne.

Pire gardien du monde ! Ce nain roupille ! Non mais quelle image on donne des chercheurs d’or hein ? Conspiration ! ©Gigamic

Il y a de nouvelles cartes chemins, avec des ponts, des échelles, des courbes… Et des portes : si le chemin menant à la carte « trésor » en emprunte une, c’est l’équipe de la couleur de la porte qui l’emporte. S’il en emprunte deux, c’est le Boss qui s’en met plein les poches.
Car oui, il y a également des rôles, toujours inconnus : le Boss qui construit pour les deux équipes (mais gagne un peu moins d’or), le Profiteur qui se moque que les saboteurs ou les chercheurs d’or l’emportent puisqu’il gagne dans les deux cas (mais un peu moins que les autres), et les Géologues qui s’en fichent, ils creusent pour trouver des cristaux car leur nombre final déterminera leur gain en pépites.
Et pour corser tout ça, de nouvelles cartes actions, permettant en vrac de regarder un rôle ou d’en changer, de changer de main, de mettre quelqu’un en prison et l’en sortir, de voler…

Tout ça pour vous dire que si vous aviez envie d’être encore plus retors, ben vous pouvez.

Vous l’aurez compris, Saboteur est un jeu de bluff, où la fourberie est de mise, assez simple à prendre en main et à mettre en place, suffisamment fun pour qu’on y rejoue avec plaisir. On ne se fie à personne, on s’accuse et se sabote gaiement, et on creuse plus ou moins hardiment. En revanche, il n’est pas facile pour les saboteurs de gagner, et si les nouvelles cartes facilitent les retournements de situation, on reste très tributaire de la pioche.
S’il ne sera pas le plat principal de votre soirée, le jeu édité par Amigo Spiel et Freizeit Gmbh est un bon apéro. C’est court, rythmé, au prix abordable de 16e : je ne peux que vous le conseiller, en vous rappelant toutefois que « semi-coopération » peut vouloir dire « découvrir dans la bonne humeur que vos meilleurs amis peuvent être de grosses fourbasses individualistes » et se venger sur les curlys.

Roufi

La Roufi est une variété angoumoisine (donc stylée) du Troll des campagnes. Elle aime le gros son qui tâche comme le gras sur la nappe, le vidéoludisme et le café sucré. Attention cependant, à chaque pleine lune, elle souffre de Kitschophilie et apprend la choré de "petite pomme". Armes : stylos, micro, vidéo, biscottos.