Star Wars VIII : le réveil d’une licence

QUOI ? On vient nous faire chier pendant nos vacances ? HEIN ? Kesskecékça ? Des quoi ? Des sabres laser ? Mais kesskejmenfou j’veux dormir moi. Quoi Star Wars ? Ah… Ah oui. Oui, bon.

Eh ben faut croire que même en vacances, les Trolls doivent bosser. Et puis, comment ne pas faire un article sur Star Wars ? Hein ? Ce serait-y pas un peu criminel ? On veut pas avoir de problèmes nous, hein. Et puis, si j’en juge par mes yeux papillonnants, mon cœur chamadant, ma trogne ravie et ce sourire béat à la sortie de la salle, y’s’pourrait même que ce Star Wars ait réveillé des souvenirs d’enfances tenaces, vivaces, et nécessaires à l’équilibre du Troll. En fait même, mieux : il se pourrait que ce Star Wars soit une réussite.

Explications à quatre mains, par Lazylumps et Narfi !

Rian Johnson, notre sauveur

Ouille ouille ouille je m’ai fait péter la gueule

On retrouve donc nos héros là où on les avait laissés : dans la merde. Eh bah oui, la République est annihilée, les méchants sont très très méchants et envahissent la galaxie pour recréer l’empire, menés par le grand leader Snoke et son jeune apprenti Kylo Ren. MAIS ! Oui car il y a toujours un mais !
L’espoir demeure. En effet la Force s’est révélée en la personne de l’intrépide Rey qui est envoyée par la rébellion aux confins de l’univers pour retrouver la légende Luke Skywalker, un des rares qui pourrait allumer l’étincelle de la révolte dans la galaxie. De leur côté, les rebelles luttent toujours grâce aux vieux meneurs fatigués mais coriaces, incarnés par leur figure tutélaire, l’indéboulonnable Leia, qui se retrouve épaulée dans sa tâche par des alliés de poids : Poe, un pilote génial, Finn, un stormtrooper déserteur et Rose, une nouvelle venue avec un tempérament de feu ! De l’autre côté, on avait laissé l’adolescent en crise Kylo Ren en fâcheuse posture, après que Rey lui ait botté le cul sans même avoir jamais eu d’entrainement spécifique. Scène qui avait gonflé pas mal de Trolls dans l’épisode VII, mais qui ici, est expliquée en une phrase prononcée par le leader Snoke, mentor de Kylo, que je vous retranscris à peu prêt : « T’es sérieux gamin ? Tu t’fais briser les rotules par une p’tite meuf novice alors que t’es censé être le nouveau Vador ? En vrai tu chiales comme un gros schlag car t’as crevé ton darron et que tu regrettes. La vérité miskin, arrête de faire la baltringue ».
Voilà pour l’état des lieux.

Avec une entrée en matière qui explose Rogue One en terme d’immersion, d’émotion et de compassion pour le sens du sacrifice en dix minutes chrono, ce Star Wars commençait plutôt pas mal. Au sortir de la séance, la conclusion validait la première sensation : on est là face à un film où les idées fourmillent ; avec du parti pris, de l’audace, et un scénario ; oui messieurs dames, un S-C-E-N-A-R-I-O ! Comme quoi, confier la réalisation à un réal qui est multi primé pour ses trouvailles scénaristiques, son audace, son savoir faire, et connu pour avoir fait un des putains de meilleur épisode de BREAKING BAAAAD, ça a le mérite d’être clair : Disney a pris un (petit) pari gagnant, en filant les rênes à un créateur. Incroyable mais vrai, il resterait des gens avec du potentiel créatif dans les arcanes d’Hollywood. Pire ! Les studios auraient compris que resucer bêtement une licence, faire du fan service la trame d’un film, recycler encore et encore, eh ben… Ça gonflerait les gens. Clap Clap. Il était temps.

TUT TUT LES RAGEUX

En axant le métrage sur le développement des personnages, Ryan Johnson conçoit donc un film qui se permet d’approfondir les personnalités jusqu’à enfin se débarrasser des liens de filiations guère pertinents et redondants qui en arrivent à pénaliser la série. Faire table rase du passé, voilà en gros le leitmotiv martelé par ce nouvel épisode.

Kylo Ren tente, tant bien que mal, de se conforter dans ce qu’il croit être la seule et unique bonne voie pour « devenir quelqu’un ». On est là définitivement face à un personnage tourmenté, faible et cassé intérieurement qui ne vit que pour dépasser l’ombre de ses aïeux. Un personnage désespérément seul contre l’univers, qui se cherche une place tout en haut pour mieux bâtir un monde qu’il comprendrait et qui le comprendrait. En ce sens il s’éloigne de Vador, son modèle iconique : Vador a versé du côté obscur après une déchirante blessure qui l’a fait vriller. Ici Kylo Ren n’a pas cette cassure, cette fracture qui le fait basculer : il est en perpétuel conflit avec lui-même, tiraillé, déchiré en deux par deux conceptions du monde qui s’affrontent dans sa caboche. Kylo Ren tente de s’infliger cette blessure qui le ferait définitivement basculer en annihilant tout ceux qu’il a jamais aimé, sans jamais vraiment y parvenir.
Ce qui en fait certainement le méchant le plus dangereux et touchant de tous les Star Wars : il ne cherche qu’à provoquer le mal pour s’y enfoncer, sans jamais réussir à se revêtir complètement de l’obscurité. Il n’est qu’une boule de solitude, de détresse, de désespoir, de conflit schizophrénique, et ne lutte que contre lui-même, contre sa nature propre, en provoquant le chaos tout autour de lui, trop frêle pour assumer ses actes et prendre ses responsabilités.

On saluera donc la performance éblouissante d’Adam Driver qui pourrait porter le film à lui tout seul et qui nous propose un jeu d’acteur hallucinant, juste, touchant et enfiévré tout au long des 2h36 de film. À noter l’amusante analogie entre l’acteur et son rôle : Adam Driver joue un personnage qui cherche à dépasser ses icônes, alors que lui-même doit faire oublier Vador sur les trilogies passées en recréant un nouveau vilain iconique.

Face à lui va se dresser Rey, Jedi en devenir qui se cherche elle aussi. SPOILERS : Les deux sont reliés aussi bien par leur détresse et leur solitude que par la force elle-même. Rey se cherche une raison d’être tout comme Kylo ce qui va créer une relation assez ambiguë et pertinente entre les deux protagonistes qui se ressemblent beaucoup plus qu’il n’y parait. FIN SPOILERS

Elle va alors quérir l’aide du seul qui pourra lui montrer la voie : Luke. Le maitre Jedi, au crépuscule de sa vie, ermite essoufflé et vieillissant porté par un Mark Hamill émouvant. Problème : Luke veut en finir avec les Jedi. No spoil, c’est dans la bande-annonce. Rey va donc devoir se construire en grande partie seule, et les scènes passées avec Luke nous permettront de voir un approfondissement de leur relation et de découvrir le passé d’un Luke dont on ne sait finalement plus grand chose, aux antipodes du personnage que l’on a quitté il y a 30 ans. Bon, il y aura un peu d’entrainement à la Force, mais finalement bien peu. Vous vous attendiez tous à voir Rey porter Luke sur son dos pendant qu’elle saute de lianes en lianes avouez ? Oubliez tout de suite. Ici, on discute motivation, et on (re)découvre les personnages pas à pas.

Enfin, la rébellion. Nous étions tous un peu tristes lorsque nous avons appris la mort de Carrie Fisher, et la voir dans son dernier rôle a quelque chose d’à la fois irréel et émouvant. D’autant qu’elle y apparait comme une leadeuse quelque peu dépassée par les événements, sur le déclin, bien trop affectée par les tombereaux de cadavres qui subissent la loi du Premier Ordre. Leia incarne malgré tout la dernière impulsion d’une rébellion moribonde, une lueur d’espoir à la fois légendaire et palpable.

Eh oui, nous nous attardons sur les personnages car voilà ce qui fait vraiment le sel de ce Star Wars (si on oublie Crait, la planète de … sel. Z’avez vu la vanne ?) : la construction identitaire des héros. On évite ainsi la coquille vide pour plutôt privilégier un développement essentiel à la profondeur de cette nouvelle trilogie. D’autant que Rian Johnsson n’est pas non plus un manche quand il s’agit de nous en mettre plein la vue. Certains plans sont sublimes, de vrais tableaux ; certaines trouvailles graphiques sont malignes et nous fracassent la rétine (petit spoil : la bataille finale, jouant sur le blanc et le rouge est incroyable)…
D’autant que Rian Johnson utilise à bon escient le fan service, qui se révèle point trop présent et bien intégré à la structure même de l’histoire.

Déconstruire pour repartir

Bon, mais ne croyez pas que notre enthousiasme est une approbation inconditionnelle de ce nouvel épisode. Car des défauts, il s’en trimballe une belle palanquée : des problèmes de rythme ; une intrigue secondaire bancale qui donne droit à une scène d’échappée carrément naze ; quelques lignes de dialogue particulièrement maladroites ; des opportunités gâchées (mais avec raison) ; des références méta un peu pétées qui donne de trop grands coups de coude dans les côtes du spectateur ; une scène finale de trop… bref. The Last Jedi est loin d’être parfait. Mais son propos est tellement couillu, tellement bien amené dans tous les niveaux du film, tant dans sa réal, dans ses thèmes ou dans son scénario même, qu’on ne peut qu’apprécier une telle prise de risque de la franchise.
L’ère est à la déconstruction. On l’a vu avec Logan et avec Thor Ragnarok, deux films qui démontent gentiment les attentes que l’on peut avoir d’un film de super-héros, en prenant le genre à contre-pied. The Last Jedi a de plus grosses couilles (ou de plus gros ovaires, c’est vous qui voyez) encore, puisqu’il déconstruit une saga entière, monument du cinéma, et véritable doudou générationnel. Il ne le fait pas sans dégâts, oh que non. Mais quand une œuvre arrive à vous faire oublier si brillamment d’aussi gros défauts, c’est que quelque part, elle a réussi à toucher en plein cœur.

Lucas a créé la prélogie en espérant plaire aux fans. Abrams est parti avec les mêmes intentions pour l’épisode VII, avec tout de même une meilleure réception que le pauvre Georges. Johnson, lui, n’en a rien à foutre. Il a compris que pour sauver Star Wars, il fallait détruire Star Wars.
Starwarso delenda est, semble même nous murmurer le film alors que l’on contemple les plaines de sel de son dernier tiers. Ne reste qu’à reconstruire sur de nouvelles bases, avec une série désormais émancipée de l’ancien et de ses traditions…

Luke Skywalker, bibliothécaire

En sortant du cinéma j’étais heureux. Heureux d’avoir passé 2h36 devant un vrai Star Wars, un de ceux qui vous émerveille et vous surprend. Pas exempts de défauts, cet épisode mené par Rian Johnson n’annonce que du bon pour la prochaine marche de Disney : c’est en effet lui qui sera aux commandes de trilogie suivante, et c’est, à mon avis de rédak’ chef, une excellente nouvelle pour la franchise. Graphiquement irréprochable, scénaristiquement osé, impeccablement joué, Star Wars VIII se révèle être une plongée dans l’univers des chevaliers Jedi et des Sith la plus intéressante depuis de nombreuses années.

Star Wars VIII : The Last Jedi pourrait être le déclencheur de quelque chose de bien dans l’univers Disney. Sisi. Je vous jure. N’en déplaise aux gros mongolos qui ont fait une pétition pour demander à retirer le film du Canon de la série.

Mais reste un risque important pour cette trilogie : le neuvième épisode, qui sera réalisé par… J.J. Abrams. Rarement deux auteurs auront eu une vision aussi différente d’une même œuvre, entre un Johnson abandonnant les traditions et un Abrams ultra-respectueux et conservateur. À voir donc ce qu’Abrams aura à nous proposer, au risque de nous faire repartir en arrière et de provoquer un terrible déséquilibre au sein d’une trilogie déjà pas mal secouée.

Coucou ! Je ne suis là que pour faire vendre des peluches par palettes entières. Mais je suis tellement mignon que bon…

LazyLumps

Déjà petit, le troll Lazylumps collectionnait les cailloux. Après en avoir balancé un certain nombre dans la tronche de tout le monde, il est devenu le "Rédak' Chef" de la horde, un manitou au pouvoir tyrannique mais au charisme proche d'un mollusque. Souvent les nuits de délire on l'entend hurler "ARTICLE ! ARTICLE ! IL FAUT UN ARTICLE POUR DEMAIN".