Taboo : vaudou et vengeance au pays de la Couronne

L’année 2017 commence avec fracas dans le monde des séries. Voilà que surgissant de (presque) nulle part, Taboo s’impose en ce début d’année comme la série la plus excitante du paysage sériel.
Aux commandes, Steven Knight, le réalisateur-créateur de l’excellente série Peaky Blinders qui retrouve ici la famille Hardy, père et fils. Tom Hardy endosse ici pour la première fois le rôle de créateur et scénariste tout en incarnant le personnage principal : James Delaney.

Alors que vaut la première bouchée de cette série anthologique de huit épisodes ?

C’est dans le Londres sale et brumeux pré-révolution industrielle que l’on suit le retour inattendu du fils Delaney, déclaré mort depuis belle lurette après un naufrage sur les côtes Africaines. Ancien négrier, il réapparaît à l’enterrement de son père, et vient réclamer son héritage : un delta au Nord-Ouest des balbutiants États-Unis que convoite avidement la Compagnie des Indes au nom de « La Couronne ». Mais voilà, Delaney est revenu de l’enfer différent, transformé. Chacun ayant entendu de « terribles histoires » sur cet homme mystérieux.

Et le bras de fer entre la compagnie et cet électron libre qui va se mettre en place promet sa dose de chaos.

Un pilote de haute volée

On se retrouve donc avec un épisode très sombre, très sérieux et rondement mené. Petit à petit les héros de la pièce sont présentés et la tension s’amplifie au fil des minutes qui passent extrêmement vite.

Bon voilà, il faut l’avouer : Hardy hypnotise le spectateur et contribue grandement à la réussite de cette mise en scène propre et soignée. Son personnage de Delaney lui colle à la peau. C’est une bête meurtrie pleine de rage rentrée qui débarque dans ce monde de convenances et de décadence qu’il hait profondément. Dès qu’Hardy apparaît à l’écran il magnétise toute l’attention et embarque le spectateur avec lui. Donc si vous ne l’aimez pas, vous allez très certainement tousser à la lecture de ces lignes.

En effet, il est omniprésent et cabotine à souhait. Mais nom de Dieu qu’il le fait bien !

taboo-poster

Rempli de mystère. Doté d’une ambiance poisseuse. Sombre et crédible où le vaudou et le mysticisme sont présents par petites touches. On prend un malin plaisir à se laisser emporter par le scénario qui distille élégamment les morceaux d’intrigue et nous présente un personnage atypique dans ce Londres à la lisière de la folie.

C’est donc un premier épisode de très bonne facture avec un casting 5 étoiles pour Taboo (notamment Jonathan Pryce aperçu dans GoT , Oona Chaplin, petite fille de… ). En espérant que la suite soit de même qualité et on classera assurément Taboo dans les meilleures séries de l’année !
Vite, la suite !

LazyLumps

Déjà petit, le troll Lazylumps collectionnait les cailloux. Après en avoir balancé un certain nombre dans la tronche de tout le monde, il est devenu le "Rédak' Chef" de la horde, un manitou au pouvoir tyrannique mais au charisme proche d'un mollusque. Souvent les nuits de délire on l'entend hurler "ARTICLE ! ARTICLE ! IL FAUT UN ARTICLE POUR DEMAIN".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.