13 Assassins : le chambara du choix

Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que le Japon a aussi un cinéma. Un peu comme tous les pays en fait, mais c’est juste que comme on le voit pas trop, je préférais le préciser. Comment ça, j’affabule ? Mis à part le cinéma français et américain, il faut quand même avouer qu’il ne reste pas beaucoup de places pour tous les autres pays sur les affiches de nos salles obscures. Entre les comédies et drames français, Star Wars 18 Le Réveil de la Force du dernier Jedi qui contre-attaque et les adaptations de comics de chez DC et Marvel, difficile pour une offre plus diversifiée de se glisser sur nos affiches.

Pourtant, il y aurait de quoi se réjouir ! Perso, quand je sais que Sekigahara, un film autour de la plus célèbre bataille de la plus grande guerre civile du Japon, ne sera certainement jamais diffusé chez nous alors qu’on va programmer à la place une énième merde super-héroïque à la Wonder-Woman, bon ça a plutôt tendance à me faire grincer des dents.

Mais tout espoir n’est pas perdu ! Car de temps en temps, un élu se hisse difficilement parmi ses pairs pour abreuver notre soif de nouveauté. En 2017, c’était Blade of the Immortal de Takashi Miike qui était sélectionné pour le Festival de Cannes ! Connaissant un peu le réal’, j’avais hâte de pouvoir ENFIN me taper un de ses films sur la toile, avec le grand écran, le son qui crache et tout ! L’attente aura été un peu longue mais finalement, la date de sortie était là : le 29 décembre 2017 (en plus, c’est ma fête !) en France…

… Uniquement sur Netflix.

Allez c’est bon, allez vous faire foutre.

De cape et de katana

BON puisque manifestement je suis condamné à devoir attendre la version DVD/Blu-Ray de ce film, tant pis ! Je vais vous parler d’un autre métrage de ce réal’ : 13 Assassins sorti en 2010, remake d’une autre œuvre nommé Les 13 Assassins du réalisateur Eiichi Kudō et sorti en 1963. Il fait partie du genre « chanbara » (ou « chambara »), à savoir le film de sabre japonais.

Le scénario, le voici : il se situe au milieu des années 1800, alors que le pays est encore sous la coupe du régime shogunal, à savoir une dictature militaire dont le dirigeant est le shogun. Seulement voilà, Matsudaira Naritsugu, le frère cadet du shogun actuel, est un bel enfoiré qui profite de son statut pour massacrer, tuer, violer les citoyens sans que nul ne puisse faire quoi que ce soit. Le conseiller Doi Toshitsura, responsable de l’ordre dans le pays, est tenaillé : il ne peut aller contre les ordres du shogun, qui couvre son connard de frère, mais il serait humilié si rien n’était fait pour cesser ces exactions. Il décide donc de faire appel à Shimada Sinzaemon, un autre samouraï, pour mettre en place une opération visant à assassiner le seigneur Naritsugu.

On retrouve ici tous les ingrédients du chambara, à savoir les héros samouraïs, les combats au sabre (« chanbara » est d’ailleurs constitué d’onomatopées produites par les sabres lors des combats) et la place proéminente des valeurs du bushido. Tout comme nombre de ses prédécesseurs, on assistera à une montée en puissance de l’intrigue qui finira en apothéose dans une bataille finale. Celle-ci ravira les aficionados du genre, puisqu’elle dure quand même environ 40 minutes et bénéficie du talent de Takashi Miike pour mettre en scène les bastons brutales. On pourrait regretter de ci de là quelques moments bad-ass un peu too much qui écornent le coté « viscéral » de cet affrontement intense, mais c’est tellement magistral visuellement qu’on considérera cela comme un bonbon pour les yeux.

Pour ce qui est de l’avant, à savoir l’intrigue qui se noue peu à peu pour déboucher sur ce grand moment de bravoure… Et bien ça dépend un peu de ce que vous aimez, et de ce que vous pouvez supporter. Déjà, il faut partir du principe que comme pas mal de films japonais, 13 Assassins prend le temps de poser la tension, de s’attarder sur les regards des personnages, de peser chaque réplique grave. On a pas affaire au réalisateur le plus « contemplatif » certes, et le rythme est bien plus soutenu que dans pas mal d’autres films du genre, mais gardez quand même cela à l’esprit. D’autre part Takashi Miike renoue parfois avec son coté hardcore, et quand il veut nous faire comprendre que Naritsugu est méchant, il envoie la purée sans trop de finesse. Âmes sensibles s’abstenir.

La complainte du guerrier

13 Assassins, ce n’est pas « que » l’histoire d’une bande de samouraïs qui planifient un assassinat et puis basta ! Le principal reproche fait au film est cependant qu’il ne fait qu’effleurer des thèmes que son prédécesseur, réalisé par Kudō, traitait plus en profondeur. Bien évidemment, comme un bon gros tas d’œuvres mettant en scène des samouraïs à l’ère Edo, on évoquera la place du guerrier durant une ère de paix et le mal-être qui en découle. Il est aussi question de loyauté, et de ce qu’on met derrière ce mot. Cette problématique est d’ailleurs personnifiée par les deux rivaux Shinzaemon, chef des 13 assassins, et Hanbei, responsable de la sécurité de son seigneur Matsudaira Naritsugu : un samouraï doit-il avant tout servir son pays ou donner sa vie pour son seigneur ?

Pas de doute, ce sont bien des rivaux

Chose extrêmement dommageable, la version courte livrée ici est une véritable charcuterie. Elle est responsable de l’immense « WHAT THE FUCK » final pour l’un des personnages, Kiga Koyata : au lieu de donner au film le coté fantastique un peu sombre qu’il aurait dû avoir (enfin il paraît, vu que j’ai pas pu la toper), on est juste complètement paumé quant à la scène finale du personnage <SPOILER ALERT> En gros, durant l’affrontement final, le personnage de Kiga prend un sabre en plein dans la gorge. La blessure est fatale, sa mort ne fait aucun doute. Et à la fin, POUF ! il revient comme si de rien n’était, frais comme un gardon. Avouez que ça a de quoi faire tiquer ! Or, la version longue montre très clairement que ce personnage est tout bonnement un yokaï de type Oni <SPOILER ACHIEVED>. Pour ceux qui connaissent un peu le Japon et son folklore ça va encore, on se doute un petit peu de ce qui se passe et de qui est vraiment Kiga, mais pour les néophytes, c’est le grand point d’interrogation. C’est con, parce que je suis certain qu’il y a pas mal de spectateurs qui ont été dérangés par cette absurdité facilement évitable.

Pour finir, on ne pourra que saluer l’esthétique générale du film. Il y a de très belles trouvailles visuelles, qui aident à installer une ambiance ou au contraire soulignent la violence extrême d’un combat désespéré. Comme on peut s’y attendre, Takashi Miike déploie toute sa maîtrise dans l’exécution de son long climax : sans shaky-cam à foison ni CGI douteux (bon ok y en a peut-être un ou deux), on assiste à de beaux combats de sabre à 10 contre 1. Malgré le nombre important de belligérants dans de si petits espaces, la lisibilité reste plus que correcte, nous permettant ainsi d’apprécier ce long mais jouissif moment de chambara moderne.

13 Assassins n’est pas le chambara le plus profond qui soit, soyons clairs. Les thèmes caractéristiques du genre sont abordés mais pas vraiment approfondis. Les amateurs de contemplation pourront aussi se rabattre sur d’autres réalisateurs plus « calmes » que Takashi Miike. Mais le fait que ce réalisateur, connu pour son coté hardcore et badass sans pour autant être un baltringue, se penche sur ce genre de cinéma lui donne un souffle nouveau. Miike ne jette pas aux oubliettes tout ce qui a fait la gloire des œuvres passées, il se permet de l’atténuer pour se concentrer sur ce fameux grand final : ce qu’il perd en tension accumulée durant tout le film, il le gagne dans une violence et une brutalité qui ne faiblissent pas, et ce durant de longues minutes. Un film à conseiller en priorité à ceux qui ne connaissent pas mais veulent découvrir le chambara, car 13 Assassins est accessible et moins « dense » que certains de ses illustres prédécesseurs.

Petrocore

Tout comme Narfi, Petrocore est issu de la sous-espèce des Trolls du Périgord (d'où son nom). Il se nourrit de tout ce qui passe à sa portée du moment que ça a été cuit dans de la graisse d'oie, voire de canard. Parce qu'il aime le gras, Petrocore est surtout versé dans la musique métal brutale et toutes sortes de produits faisant preuve d'un bourrinisme sans failles ou d'un humour pas fin.