Fantômes et Samouraïs : inspecteur Hanschichi au rapport !

J’ai lu un livre, alors je le chronique (best intro ever)

Le mal d’Edo

De quoi parle Fantômes et Samouraïs ? Et bien pas forcément QUE de fantômes et de samouraïs, ne vous laissez pas berner par ce titre trompeur (comme moi), que l’on doit certainement à une traduction française toute merdi… je veux dire « personnelle ». Le livre nous narre les quatorze aventures d’un enquêteur d’Edo du XIXème siècle, Hanschichi, telles qu’elles sont retranscrites par un jeune journaliste japonais qui vient souvent lui rendre visite, passionné qu’il est par ces histoires extraordinaires.

Quatorze enquêtes donc, où Hanschichi et ses indics tentent de démêler le vrai du faux et surtout, car c’est là le plus intéressant, le réel de la superstition. Maison hantée, bête étrange, fantôme ceinture de kimono étrangleur… L’enquêteur marche toujours sur le fil, pour notre plus grand plaisir de découverte du folklore et des mœurs du Japon d’autrefois.

C’est d’ailleurs, selon moi, la grande force du livre : l’auteur Kido Okamoto n’est pas avare de détails, notamment en ce qui concerne les évènements, les fêtes et les descriptions de la ville d’Edo. L’époque éponyme (et un peu de la période post-révolution Meiji) s’ouvre au lecteur sans aucun effort, alors qu’il progresse dans le récit, expliquée lorsque nécessaire par de petites notes bienvenues. Je conseillerai quand même aux néophytes de s’armer de quelques liens Wikipedia, ça peut servir !

« Mais en ce qui concerne les enquêtes en elles-mêmes mon petit Petrocore ? Ça se passe comment ? » Et bien j’y viens mon bon monsieur, j’y viens !

Sherlock Holmes sama

Si je fais référence au célèbre détective britannique, ce n’est pas pour rien : Hanschichi est parfois surnommé par ses lecteurs le « Sherlock Holmes japonais » (il faut dire qu’ils sont pratiquement contemporains). Armé de son intellect, ainsi que d’un jitte dont il ne se sert qu’ultra rarement, notre agent du gouvernement balaiera comme des fétus de paille les énigmes les plus retorses.

L’auteur Kido Okamoto

N’espérez cependant pas rivaliser, et c’est d’ailleurs pour moi le principal défaut de Fantômes et Samouraïs : Hanschichi aura soit une moule de tous les diables en croisant THE personnage nécessaire à la résolution de l’intrigue complètement par hasard, soit des éléments connus de lui seul qui lui permettront d’avancer dans l’enquête alors que nous pataugeons dans la semoule. Grand prince, il expliquera quand même à chaque fois le pourquoi du comment et il faut avouer que, mis à part le défaut cité plus haut, c’est assez bien foutu. Certains dénouements flirtent même avec le fantastique pur et dur, pour mon plus grand plaisir (la fonte des neiges au printemps, notamment). 

Le style quant à lui est efficace : sobre, ancrant bien le récit dans l’époque grâce à quelques descriptions bien senties, il ne commettra pas l’impair des 47 ronins qui avait eu tendance à engluer son rythme dans TROP de détails et TROP de personnages.  Ça se lit bien, vite, et le découpage en 14 chapitres correspondant à une histoire en fait le parfait livre de chevet, ou pour les trajets en bus. Sachez tout de même qu’il existe une suite, Fantômes et kimonos (ça ne s’invente pas) toujours avec Hanschichi comme personnage principal.

Verdict

Fantômes et Samouraïs est un livre sympathique, à réserver davantage aux amoureux de la culture nippone qu’aux détectives en herbe qui aiment se torturer l’esprit sur un bon polar. On appréciera l’œuvre de Kido Okamoto pour sa facilité de lecture, sans qu’elle soit pour autant simpliste ou dénuée d’intérêt, notamment en ce qui concerne la vie des Japonais à l’époque Edo. Pas un grrrrand livre donc, mais de quoi divertir sans prise de chou, avec quelques vraiment bonnes surprises dans certaines enquêtes.

Petrocore

Tout comme Narfi, Petrocore est issu de la sous-espèce des Trolls du Périgord (d'où son nom). Il se nourrit de tout ce qui passe à sa portée du moment que ça a été cuit dans de la graisse d'oie, voire de canard. Parce qu'il aime le gras, Petrocore est surtout versé dans la musique métal brutale et toutes sortes de produits faisant preuve d'un bourrinisme sans failles ou d'un humour pas fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.