Néocast 2 : une convention à l’image de Youtube

 

NB :  un droit de réponse des créateurs de l’événement a été incorporé à la fin de l’article.

 

La Néocast, quel magnifique souvenir, mais si rappelez vous on avait même fait un reportage à l’arrache rien que pour vous : ici ! Autant vous dire que quand on a réussi à acquérir une accréditation presse pour couvrir l’événement, on a sauté au plafond à la rédaction ! C’est donc en tant que véritable journaliste qui gruge les files d’attente et qui prend pas de ticket pour les ateliers parce-qu-il-vaut-mieux-que-ça que j’ai retrouvé mon compère de convention Bolchegeek pour prendre d’assaut cette seconde édition. Il était accompagné cette fois par la Petite Voix, voix-off de l’infini et organisatrice universelle dont on peut entendre la douce voix dans son émission. Deux jours assez fous à base de pas assez de sommeil, de rencontre extraordinaire et d’une organisation complètement à chier.

Une fois n’est pas coutume, cet article ne contiendra pas de photos mais des vidéos pour illustrer notre passage à la convention car nous nous sommes armés d’un micro et d’une caméra pour vous faire profiter d’un nouveau reportage à l’arrache !

 

Néocast 2016

Le Zénith des hôtes de ces bois

Je reviendrai sur l’organisation plus tard pour vous présenter un peu comment tout le bousin était agencé. Donc une gigantesque foule à l’entrée qui débouche immédiatement sur plusieurs stands, un pour récupérer des tickets pour les ateliers (un second plus loin pour les dédicaces des mecs qui pèsent dans le milieu) un autre pour l’accueil et les renseignements et enfin un dernier en plein dans le courant d’air pour des vidéastes avec relativement peu d’abonnés comme Gorkab, La Tronche en Biais ou encore FloBer (?!) de, entre autres, Golden Moustache. (Mais je croyais que t’allais parler plus loin de cette organisation scandaleuse ! Ah oui, j’ai déjà commencé ? Oups!) Une fois cette entrée passée le hall du Zénith de Strasbourg se séparait en deux moitiés ayant pour centre les files d’attente pour les dédicaces d’Antoine Daniel, du Joueur du Grenier et de … Cyprien ?? Allez on va pas faire la mauvaise langue, il crée du contenu aussi sur Youtube, il a sa place ici.

 

 

Bref, sur la gauche vous trouviez le magnifique et parfait stand de Vidéoscience (collectif de vidéastes se spécialisant dans la vulgarisation scientifique fondé par Pierre Kerner) proposant au cours de tout le week-end des expériences et des jeux plus farfelus les uns que les autres, plus loin un coin nourriture avec encore plus de stands de vidéastes et encore plus loin une vingtaine de PC et de consoles en tout genre pour jouer en LAN avec ses potes entre deux ateliers/conférences et même un jeu de société grandeur presque nature Attack On Titan. Enfin après tout ceci derrière un paravent branlant (je me suis appuyé dessus une fois… j’ai failli causer un accident) une « salle » d’atelier autrement dit des chaises, une table et un paperboard où un vidéaste essayait de nous expliquer des trucs cools en essayant de se faire entendre malgré la présence de, rappelez vous, une vingtaine de PC et consoles à moins d’une dizaine de mètres de là.

 

 

De l’autre côté on trouvait une organisation assez similaire : des stands de vidéastes puis un coin bouffe puis une arène de pistolet Nerf (squattée allègrement par Gorkab qui était revenu avec le sien) et enfin une autre « salle » d’atelier (à côté des Nerfs ? Oui… la définition même du « on peut pas penser à tout » ou alors pensaient ils que des gens se tirant dessus avec des fléchettes en mousse joueraient en silence ?..) Alors oui, le placement des salles d’ateliers était vraiment incongru mais il faut reconnaître que l’organisation avait mis les bouchées doubles pour briser le principal défaut de la Néocast de l’année dernière : les files d’attente. Ici tout a été fait pour les limiter, en occupant au maximum les gens à d’autres choses : essais de montage/tournage en temps réel sur fond vert, arène Nerf, Escape Room, des jeux vidéo, une boutique de souvenir, deux bars/restauration rapide, et surtout des stands partout, regroupant des gens très connus avec d’autres beaucoup moins, occupant l’intégralité de l’espace. Ajoutez à cela la gigantesque salle du Zénith où se passaient les conférences en accès libre et vous obtenez un espace où on pouvait circuler très librement.

 

 

Maintenant que vous pouvez imaginer la forme quand est-il du fond ? Eh bien sachez que les vidéastes ont été avec les visiteurs aussi adorables et patients que l’année dernière, prenant toujours le temps de connaître un peu la personne à qui ils s’adressent, malgré la fatigue et les difficultés (j’y reviendrai, promis!), personnalisant les autographes et traitant leurs interlocuteurs d’égal à égal. Mais ce n’est pas tout, en déambulant dans les allées vous pouviez aussi rencontrer nombre de vidéastes qui avaient fait le déplacement et payé leurs places doublant presque le nombre de créateurs de contenu sur place. C’est ainsi que nous avons pu retrouvé Antoine McFly, Yan L’Or-Iginal, Lord Bif Music et Na(r)t qui à l’instar de leurs collègues postés sur des stands se sont prêtés au jeu, signant autographes et accordant interviews alors que rien ne les obligeait à le faire. C’est là qu’on retrouve le côté très artisanal et sans prétention des vidéastes, ce sont majoritairement des amateurs qui essaient de transmettre leurs passions, leurs connaissances, ils ne se voient absolument pas comme des stars, du coup les rencontrer en vrai donne l’occasion d’un véritable échange. Comme dans les commentaires de leurs vidéos, n’importe qui peut les interpeler sur une erreur, une approximation et ils ne se draperont pas dans leur dignité, au contraire, ils prendront plaisir à débattre, à préciser. Alors forcément, avec Bolchegeek et la Petite Voix, dans des conditions pareilles, on a tout de suite fait l’impasse sur les grandes conférences pour aller discuter avec plein de gens ou pour jouer à Towerfall avec eux !

 

 

 

Après les tréfonds de Youtube, les tréfonds de la Néocast

C’est malheureux à dire, mais notre voyage à Strasbourg n’a pas été de tout repos, et un peu comme la plate-forme de vidéo la plus célèbre du monde, en apprendre les coulisses ou traîner dans les mauvais coins peut amener une grande déception. Vous l’avez compris, il est temps de parler des choses qui blessent, au risque de voir cette première accréditation presse du Cri être la dernière. L’invitation de Cyprien est plutôt révélatrice de la philosophie de cette seconde Néocast, là où la première se concentrait vraiment à présenter des gens qui proposaient un contenu très qualitatif, celle-ci a eu les yeux plus gros que le ventre. En effet, il y avait beaucoup de tout en plus : plus grande salle, plus de vidéastes, plus de bénévoles, plus d’activités mais fatalement bien plus de loupés.

Si on commence par le moins terrible, reparlons un peu des ateliers, alors déjà qu’ils étaient placés de manière complètement absurde il faut savoir que le premier jour les intervenants n’étaient pas équipés de micro, ils ont donc dû hurler leur atelier par dessus le bruit de soit les consoles de jeu, soit l’arène de pistolet Nerf. Il a fallu attendre le lendemain pour qu’ils obtiennent des micros. La convention étant située dans le hall du Zénith, il n’y avait aucun chauffage donc non seulement on entendait rien, mais en plus on avait froid. 

Les bénévoles, parlons-en, peu ou pas formés par les organisateurs, (à l’accueil du point presse le samedi matin, deux personnes incapables de nous expliquer ce que nous permettait l’accréditation de faire ou même tout simplement de nous fournir un programme. Plus tard, personne n’a été capable de nous renseigner sur la présence ou non d’un distributeur de billet dans l’enceinte du zénith) se sont démenés pour essayer d’aider tout le monde mais cela n’a pas empêché le président et organisateur de la Néocast d’humilier deux mademoiselles (la précision a de l’importance, j’y viens) qui étaient en train de mettre en place la boutique, en leur précisant devant la presse réunie « que là, c’est pas bien présenté qu’il faut mettre mieux en avant les produits ». À part pour se gonfler dans sa position de petit chef je n’ai pas bien compris la pertinence d’une telle remarque si ce n’est de souligner un peu plus l’incompétence de l’organisation qui aurait peut-être dû vérifier AVANT de faire entrer les journalistes que tout était bien en place.  Incroyable quand on pense que ce sont des gens qui sont venus sur leur temps sans contrepartie pour aider des personnes qu’ils admirent et qu’on les a traité comme les derniers des sous fifres au lieu de les remercier de permettre à cet événement d’exister.

D’ailleurs les vidéastes n’ont guère été mieux traité. En effet selon votre nombre d’abonnés vous aviez droit à un hôtel trois ou quatre étoiles sous prétexte « d’économie », dans ce cas là pourquoi ne pas mettre tout le monde dans le trois étoiles ? De même ils avaient des horaires de dédicaces à respecter, attention à bien faire toutes ses heures à son stand. (C’est là qu’on commence vraiment à se demander si on est toujours dans une convention de mecs qui font des vidéos sur Youtube ou à l’usine?)

La communication avec le service presse n’a pas été simple non plus, entre le mail qui nous informe à peine une semaine avant que des deux accréditations que nous avions reçues une seule ne serait finalement valable (très classe le mail qui commence par « on vous rappelle qu’une seule accréditation sera délivrée par presse » On vous rappelle ? Marrant personne n’a reçu le mail pour nous dire ça…) et le suivant reçu à 1h du matin nous imposant de répondre dans la journée sous peine de se voir refuser l’entrée, le respect se voyait sacrément malmené.

Mais ce qui nous a le plus choqué, c’est le total mépris pour les youtubeuses. En effet sur les soixante vidéastes invités seulement cinq sont des nanas, toutes les autres que vous avez vu là-bas ? Soit elles étaient des +1 soit elles ont payé leur place.

Vous vous souvenez du comportement du président dont je vous parlais plus haut ? Ça sonne soudain bien différemment. C’est tout simplement inacceptable qu’une convention qui promeut la qualité, les sources alternatives d’information et l’ouverture d’esprit prenne une position aussi rétrograde. Les espoirs que nous avions exprimés l’année dernière dans l’avenir de la Néocast paraissent maintenant bien illusoires et c’est face à un événement qui a cédé aux sirènes du pognon et de la rentabilité que nous nous sommes retrouvés. Je ne pourrais jamais assez exprimer ma déception.

bandeau17

La Néocast 2 a été un succès, les gens et les vidéastes, fort des retours de l’année dernière se sont présentés en masse. Les rencontres sont toujours aussi merveilleuses, les ateliers toujours aussi passionnants. Mais un paquet de comportements de l’organisation de l’événement sont venus ternir l’expérience. La Néocast a voulu grandir trop vite et s’est pris pour une entreprise, avec ses petits chefs ambitieux, ses maltraitances du petit personnel et son envie trop grande de rendement. Céder aux sirènes du capitalisme c’est exactement ce qu’il ne fallait pas faire lorsqu’on organise une convention sur des gens pour qui la liberté de création et la débrouille sont des maîtres mots. La déception est grande chez les vidéastes et à moins de redresser la barre et reprendre tout de suite le cap qu’avait pris la première Néocast, une Néocast 3 risquerait fort être boudée par une grande partie d’entre eux (ainsi que par nous autres ici).
Et carton rouge pour l’attitude machiste, que cela ne se reproduise pas.

 

En bonus, Bolchegeek et Mario en 8 bites.

 

 

Droit de réponse de la Néocast 2016 (publié sur leur page Facebook)

A la suite des remarques que nous avons pu lire sur les réseaux, nous allons éclaircir certains points et répondre à vos questions.
Comme vous le savez, la NeoCast est une convention qui a pris le parti de l’indépendance. Cela nous permet de mettre en avant sans trop de contraintes, hormis celle du respect mutuel, des artistes de toute notoriété et de contenus les plus divers possibles.
Notre combat pendant 1 an pour la NeoCast 2 a été de préserver cette liberté des vidéastes, d’être fidèle à nos valeurs tout en confortant notre position dans le paysage de la webculture.
Cependant, plusieurs facteurs d’amélioration nous ont été soumis pour la 3ème édition :

1) La place des femmes dans le multimédia
Il a été déclaré que la NeoCast avait un traitement différent à l’égard des vidéastes de sexe masculin ou féminin. NeoCast s’inscrit en faux contre ces allégations. Nous répétons que l’objectif de la NeoCast est de promouvoir un contenu en ligne d’une grande diversité, de mettre en avant le travail des vidéastes les plus connus et de booster les chaînes en développement. Nous sommes conscients qu’il est de la responsabilité de tous d’aider à la représentation féminine dans tous les domaines et que c’est le rôle aussi de la NeoCast d’y être attentive. Nous avions proposé une conférence avec l’association EWA women pendant l’édition 2016 qui malgré nos efforts n’a pu se mettre en place cette année. Cela est maintenu pour 2017 et nous œuvrons à cette évolution.
Nous tenons à vous préciser que nous n’avons jamais demandé la suppression des posts alertant sur ce sujet qui est important pour nous aussi et soutenons les remarques constructives. Cependant, nous ne pouvons valider la diffusion de propos mensongers qui impliquent l’image de la NeoCast et de ses vidéastes. Nous avons simplement demandé à ce que certains propos n’aillent pas plus loin, puisque faux.
Les vidéastes femmes n’étaient pas assez représentées cette année à la NeoCast. Nous tenons compte de ce point, nous ne le contestons pas et sommes concernés par le sujet contrairement à ce qui a pu être dit. Nous travaillons déjà avec certains partenaires et vidéastes à la mise en lumière de ce sujet lors de l’édition 2017.

2) Bénévoles
La NeoCast a une convention de partenariat avec une association pour une partie de l’animation et donc des bénévoles. L’adhésion à cette association, indépendante à la NeoCast, garantie l’assurance de chaque bénévole. Cette adhésion est de 20 euros. Les bénévoles étaient libres de leur inscription. Les bénévoles et les organisateurs ont pour mission d’assurer le bon déroulement de l’événement au bénéfice des vidéastes et du public. Quand c’est possible, il est parfaitement autorisé de communiquer avec les vidéastes, ce qui a été largement fait, il suffit de voir les photos sur les réseaux. Cependant, pour préserver des moments de repos aux vidéastes, le carré VIP n’a été accessible à la presse, ni aux visiteurs, ni aux partenaires. Tout bénévole avait son repas individuel les midis. Ces paniers, proposés par la NeoCast, était la même restauration que celle des vidéastes et organisateurs. Eau et sodas étaient proposés en zone dédiée toute la journée.
L’hébergement a été proposé à une minorité et à titre exceptionnel. Des organisateurs y ont dormi également. Tous les autres bénévoles quittaient la convention après fermeture. Ceux qui restaient savaient qu’il leur fallait assurer leur matériel de couchage et repas du soir. Un prix avait été négocié pour des repas livrés, la majorité des bénévoles sur place n’ont pas souhaité en bénéficier. La NeoCast a perdu la caution versée. Ce petit nombre de bénévoles bénéficiait de petits pains le matin, il y a eu un retard le samedi matin pour des raisons techniques qui a été réglé mais trop tard pour que cela ne pose pas de problèmes aux bénévoles. On en est désolés.
Les bénévoles avaient libre accès à leur propre catering, cependant certains y passaient beaucoup de temps et d’autres n’arrivaient pas à prendre de pause. Les bouteilles d’eau et de soda étaient accessibles en quantité illimitée. Dimanche soir, nous avons d’ailleurs pu distribuer les bouteilles encore disponibles aux ouvriers qui démontaient les stands.
Chaque bénévole a reçu dans la semaine qui précédait la convention un planning avec les missions de tous et un descriptif complet de toutes les missions. Les limites physiques des bénévoles ont été prises en compte immédiatement pendant la convention. Deux des organisateurs étant reconnus comme travailleurs handicapés, nous avons particulièrement à cœur d’en tenir compte.
Nous avons eu à déplorer quelques comportements non-respectueux de la part de quelques bénévoles qui restaient en salle de repos, circulaient dans des zones interdites, et même redistribuaient des tickets dédicaces déjà utilisés. Nous avons dû intervenir pour que les règles soient respectées, préserver les vidéastes et le bon fonctionnement de l’événement. Il s’agit d’une toute petite minorité et nous sommes désolés si cela a provoqué de la peur pour les autres.
Notre objectif pour 2017 est de mettre en place des bénévoles « accompagnateurs logistique » cela permettra de proposer de l’eau sur mission, de s’assurer des pauses et besoins des autres bénévoles, de veiller aux roulements. Nous travaillons également à la mise en place d’un temps de rencontre vidéastes – bénévoles.

3) La NeoCast
Tout le monde peut avoir sa place à la NeoCast, les organisateurs et également financeurs de la NeoCast restent libres de leurs invitations et de la construction de l’évènement. Chaque vidéaste dans cette édition a pu rencontrer son public de manière agréable et généreuse. La « philosophie » de cette édition, comme de la précédente et des prochaines est de soutenir la webculture et ses créateurs, quoi qu’il arrive.
Nous souhaitons répondre à quelques points d’organisation qui ont été relevés dans différents posts :
– Après réflexion, nous avons choisi de proposer des tickets dédicaces pour les vidéastes qui auraient été assaillis par une foule trop importante et qui n’auraient pas pu satisfaire la demande, faute de temps. C’est indispensable que vous n’attendiez pas pour rien.
Pour éviter que les visiteurs avec ticket attendent la journée devant le stand, cette année, nous avons instauré des rendez-vous toutes les ½ heures environ. Cela a permis de satisfaire le public.
Reste la difficulté de la file d’attente pour les tickets eux-mêmes. Certains ont demandé à ce que les tickets soient distribués en 2 fois dans la journée. Nous ne souhaitons pas mettre cela en place car vous attendriez devant le guichet fermé pendant des heures. Nous proposerons plusieurs guichets dédicaces pour limiter le temps d’attente.

– Nous avons pu lire des propos diffamants sur la répartition de nos invités dans les hôtels. Nous précisons qu’elle ne tenait pas compte du nombre d’abonnés et que ces hôtels sont de belles factures tous les 2 puisque 3 ou 4 étoiles. Ils ont surtout pour avantage d’être l’un à côté de l’autre. Nous promettons de signaler le problème du « papier toilettes trop rugueux » à l’hôtel concerné.

– La convention est soumise comme toute manifestation à des horaires de fermeture validés par un bureau de contrôle. Cela explique que les visiteurs aient été raccompagnés le dimanche peu après la clôture de l’événement.

– Les salles d’atelier avaient été positionnées volontairement aux extrémités du Zénith pour être le moins impactées possibles par le bruit de la convention. Nous réfléchissons néanmoins à une organisation plus pertinente de l’espace du Zénith pour 2017.

– Les conférences et ateliers sont des temps de rencontre des vidéastes avec leur public. Certains souhaitent proposer des exposés sur des sujets précis, d’autres des FAQ. Les FAQ constituent des temps de partage très importants aussi et qui vous plaisent.
Enfin, il est indiqué parfois que nous avons grandi trop vite, pourtant cette édition au Zénith de Strasbourg s’est bien déroulée. Nous avons eu le public de l’an dernier et de très nombreux nouveaux visiteurs, tous respectueux du lieu, des vidéastes, des organisateurs, des partenaires et des bénévoles. Nous avons eu un aménagement magnifique dans un lieu magnifique. Nous avons eu des dédicaces généreuses et conviviales de tous les vidéastes. Nous avons eu la grande majorité des bénévoles surinvestis et souriants, Nous avons eu de belles conférences proposées par les vidéastes et des ateliers intéressants. Nous avons eu des partenaires collaborant, gentils, qui n’ont pas hésité à s’entraider. Nous avons eu des activités intéressantes. Nous avons eu un concert de clôture qui a réjoui tout le monde. Nous avons eu des vidéastes adorables et que nous aurons plaisir à retrouver.
Il y a certes, des améliorations à apporter. Nous retroussons déjà nos manches mais attendions le bon moment pour pouvoir répondre aux différentes demandes. Un travail commun est en train de se construire avec les vidéastes qui ont manifesté cette demande pour 2017. De même, les vidéos des captations seront mises en ligne dans les prochains jours. Nous espérons que vous aurez plaisir à les voir et revoir.

Une convention comme la NeoCast existe par la participation de tous et on vous remercie de participer à son succès, de nous permettre de vivre cette aventure jusqu’ici. Ce n’est pas fini, nous construisons déjà la NeoCast 3.

Nemarth

Cet individu est un gobelin fait homme. Hautement imprévisible, il représente un danger pour la Société. A éliminer à vue.