Tokaïdo : j’étais sur la route toute la sainte journée

Salut les petits loulous ! J’avais bien envie de vous parler de ce jeu qu’est Tokaïdo. Ça fait un bail qu’il est sorti mais bon, vu que mon compte bancaire a ses raisons que la raison ignore, je n’avais pas pu mettre mes mains dessus avant. Alors chaussez vos getas et empoignez votre bâton de marche, il est temps d’entamer un superbe voyage, de Kyoto jusqu’à Edo.

tokaido-49-1334238813

Un kilomètre à pied, ça use, ça use…

Comme je l’ai évoqué dans l’intro, l’objectif de Tokaïdo est simple : il vous faudra arpenter ce fameux axe routier de l’époque Tokugawa, depuis la capitale impériale jusqu’à la capitale shogunale. A vous de faire de ce voyage une expérience unique, épanouissante, enrichissante ! Que ce soit en teaser_persos3dégustant des spécialités culinaires, en achetant des souvenirs, en tombant en pâmoison devant les paysages qui s’offriront à vous ou tout simplement en bullant dans les sources chaudes, tous les moyens sont bons pour accumuler des points de voyage. Plus vous en aurez, plus cette traversée aura sublimé votre âme. Le but étant d’avoir une âme plus sublime que celle de vos adversaires.

Tokaïdo est un jeu de score. Au début du jeu, vous aurez le choix (plus ou moins, mais je vais pas rentrer dans le détail) entre plusieurs personnages, qui ont chacun un atout. L’orpheline pourra se faire offrir un repas à chaque relais, le marchand pourra acheter des souvenirs pour une somme modique, le prêtre shinto pourra plus facilement faire des offrandes aux temples… Ces avantages vont beaucoup influer sur votre manière de jouer, puisque pour faire péter du point de voyage, il faudra tirer le maximum de ces possibilités que les autres joueurs n’ont pas.

Par ailleurs, chaque source de points (temple, souvenir, bouffe, paysages etc.) a son propre fonctionnement. Selon que vous préférez flâner dans les boutiques ou plutôt chasser les points de vue, les combos de points ne s’enchaîneront pas de la même manière. Bref, sous ces airs de petit jeu pépère tranquille se dissimulent de redoutables stratégies de calcul ! Et si les autres joueurs ont décidé de vous mettre des bâtons dans les roues, préparez vous à faire chauffer les méninges.

En route pour l’enfer

En effet, si Tokaïdo parle dans son livret de voyage spirituel, il n’en reste pas moins un jeu de compétition dont les mécaniques encouragent les coups fourrés. Ceci tient à un simple détail : la règle de déplacement. Elle est en fait très simple, elle stipule que le joueur qui est le plus en arrière sur la route avance de station en station (station = temple, sources chaudes, points de vue etc.) jusqu’à ce qu’il dépasse quelqu’un. A ce moment là, ce sera au joueur dépassé de jouer (logique, puisque c’est à présent lui qui est le plus en arrière). Couplez ça au fait qu’il est formellement interdit de revenir sur vos pas, et vous avez là l’une des plus belles possibilités de bloquer des joueurs qu’il m’ait jamais été donné de voir.

IMG_4225
Pour marquer des points de voyage, on peut compléter ces superbes fresques de paysage… si toutefois de petits enfoirés tels que Flavius ou Lazylumps ne vous en empêchent pas.

Parce que quand un joueur est sur une station, il vous est impossible de vous y arrêter aussi (sauf certaines, et encore ça dépend du nombre de joueurs). Alors si jamais il vous manque une simple carte de montagne par exemple pour finaliser une fresque qui vous permettra d’engranger du pointpic1320079_md à foison, vous pouvez être certain que COMME PAR HASARD, tous les autres joueurs auront une soudaine envie de squatter les points de vue enneigés. De même si vous commencez à être en galère de thune, vous remarquerez comme une fâcheuse tendance chez vos amis (qui n’en seront bientôt plus) de s’arrêter dans toutes les fermes sur votre chemin. Quand on sait que ces exploitations sont la seule façon de gagner de l’argent…

Votre voyage sera entrecoupé par des relais, ou tout le monde sera forcé de s’arrêter et d’attendre les autres avant de reprendre la route. Le premier arrivé aura le choix entre quatre plats typiques, qui rapportent masse de points de voyage mais qui coûtent de l’argent. Une fois son plat choisi en secret (il est interdit de manger deux fois le même dans tout le jeu), il reposera le reste des cartes pour les autres joueurs… D’où l’importance d’arriver en premier. Car bien sûûûûûr, vous pourrez compter sur les autres participants pour laisser aux moins fortunés les plats les plus onéreux ou pire encore, des mets déjà consommés auparavant (et donc inconsommables). Le fait de ne pas manger au relais vous procurera un désavantage certain, six points de voyage dans le vent quand même, alors faites gaffe.

IMG_4210
Le début d’une partie que j’avais annoncée calme… Si seulement j’avais réalisé..

La voie de la paix

Et pourtant le jeu est trompeur. En effet, Tokaïdo bénéficie d’un travail artistique remarquable, mélange entre festival de couleurs vives et zenitude. C’est peut-être la raison pour laquelle j’ai cru que ce jeu serait tout ce qu’il y a de plus tranquille (en même temps, avec Flavius et Lazylumps, j’aurais pas dû m’attendre à beaucoup plus). Vous avez déjà pu admirer au fil des photos et des illustrations balancées dans l’article la qualité du matos, et bien sachez que c’est encore plus chouette quand vous l’avez entre les mains. Petit malus par contre pour le rangement dans la boîte, qui est vraiment moyen. Il faut dire ce qui est.

tokaido_characters_by_naiiade-d5lciwf

Attention délicate : à la fin du livret de règles se trouvent quelques éléments succincts sur le Japon et l’époque à laquelle le Tokaïdo a pris toute son importance. Déjà ça met dans l’ambiance, et ça peut donner des idées pour les gens qui aiment un peu mettre en scène leur jeu, voire le scénariser. Et même si Tokaïdo se révèle être un poil plus aggro qu’attendu, on l’appréciera bien mieux avec la musique qui va avec, une bonne théière et une ambiance aux petits oignons. Ainsi ce voyage un peu particulier à travers le Japon pourra révéler ce petit « + » que beaucoup de jeux n’ont pas.

IMG_4189
Quand la théière est plus lourde que prévue pour mes petits doigts délicats et que Lazylumps demande de prendre la pose pendant quinze bonnes secondes, ça donne des sourires un peu crispés.

Pour les aficionados, sachez que le jeu a déjà des extensions et même une version avec les figurines des personnages ! Tokaïdo étant déjà un bel objet, cet exemplaire « deluxe » y rajoute encore de la plus-value. Ça pète !

VerdictTokaïdo est un  jeu tout zen, reposant, joli mais non dénué d’intérêt pour les acharnés à la recherche de compétition. Le système de points peut permettre de faire de chouettes combos, et le fait de choisir tel ou tel personnage au début de la partie va totalement changer votre angle d’attaque. Il saura aussi contenter les stratèges, qui se rendront bien vite compte à l’instar du lièvre de la fable que « rien ne sert de courir, il faut partir à point » (mais arriver si possible le premier au relais). Bref, un assez gros jeu ma foi bien sympathique, à réserver quand même pour vos soirées ludiques les plus calmes.

IMG_4216
Flavius nous a étalés, donc il se tape sa photo de la honte ! Nous voilà vengés, Lazylumps.

Petrocore

Tout comme Narfi, Petrocore est issu de la sous-espèce des Trolls du Périgord (d'où son nom). Il se nourrit de tout ce qui passe à sa portée du moment que ça a été cuit dans de la graisse d'oie, voire de canard. Parce qu'il aime le gras, Petrocore est surtout versé dans la musique métal brutale et toutes sortes de produits faisant preuve d'un bourrinisme sans failles ou d'un humour pas fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.