Tomorrowland, et si on parlait… du futur ?

 

tomorrowland-movie-logo

 

Lorsque j’ai vu passer la bande annonce de Tomorrowland il y a quelques mois, je me suis dit que ça avait l’air sympa. Pas forcément le genre de film qui vous marque énormément mais un petit divertissement futuriste agréable à la sauce Disney. Et puis j’étais curieuse de découvrir Britt Robertson dans un premier rôle (certains d’entre vous l’ont peut-être déjà aperçue dans Under the Dome, la série adaptée des romans de Stephen King) et de voir quel tandem elle allait pouvoir former avec Clooney. Du coup, lorsqu’on m’a proposé d’aller poser mes fesses dans une salle sombre, j’ai sauté sur l’occasion et je me suis installée dans mon fauteuil avec la conviction que j’allais passer un moment sympa. Sans grande surprise, mais sympa.

Et vous savez-quoi ? J’avais tort.


Allez, petit teasing de la mort sous forme de trailer et on reprend

 

Retour vers Tomorrowland

L’idée de base était de faire un film autour de l’une des zones des parcs Disney : la fameuse « Tomorrowland » (ou Discoveryland pour le parc français) qui représente la vision du futur selon Walt Disney. Évidemment, depuis leur conception dans les années 60, l’ambiance a quelque peu changé. Elle est loin l’époque où la conquête de l’espace faisait rêver tout le monde mais en attendant, le film replonge à fond dans cette ambiance avec notamment référence à la Exposition Universelle de New York de 1964 (et à une célèbre attraction conçue pour l’occasion afin de célébrer la compréhension universelle des peuples… vous l’avez ?).

Mais au fait, de quoi ça parle ?

Tomorrowland, c’est l’histoire de cette ville du même nom qui symbolise la ville de tous les possibles. Un endroit fabuleux où l’ensemble des scientifiques et génies travaillent dans un seul et même but : créer un endroit meilleur (en inventant notamment des piscines à étages, innovation qui me fascine tout particulièrement).

Tomorrowland-Interview-Brad-Bird
Et puis, niveau architecture, elle est plutôt classe quoi.

Bref, Tomorrowland c’est un peu la ville de tous les possibles. Où les génies du monde entier peuvent créer tout ce qu’il est possible de concevoir. Et parmi les super inventions en question, un petit compte à rebours qui annonce… la fin du monde. Certaine et inéluctable. A moins que…

Le rêve, c’est la vie

A moins qu’une ado un peu rêveuse ait le pouvoir de changer les choses : Casey, qui entraperçoit cette ville incroyable le temps d’un… toucher de pin’s. (Oui, parce que pour voir Tomorrowland, il faut toucher des pin’s. Normal quoi.) Casey qui se dit que sérieusement, une ville où l’on se déplace en jet pack, c’est vraiment trop cool (et en même temps, c’est vraiment cool) et qui tombe un peu des nues quand on lui sort qu’elle doit sauver le monde.

TOMORROWLAND

Dis comme ça, ça pue le héros « élu » qui va sauver le monde parce que c’est son DESTIIIIN (prendre la voix caverneuse prophétique de circonstance). Mais en fait… Non, pas du tout. Parce que le film est tout en nuances. Casey n’est pas une héroïne, c’est juste une ado un peu rêveuse, un peu idéaliste, qui refuse de penser que tout est écrit par avance. Et c’est un personnage vraiment rafraichissant, d’autant plus de la part de Disney. C’est qu’il y en a eu, des générations de princesses aseptisées, qui ont peu à peu, au fil des décennies, pris leur destin en main.

Mais là, on dépasse tout : Casey c’est une ado trop cool, débrouillarde, qui joue avec des maquettes, gère en électronique, se promène partout avec sa casquette de la Nasa et piétine les stéréotypes à grand renfort de rots bruyants. Très bruyants. Et très longs. (Parce que se siffler deux bouteilles de coca à la suite, ça te remue l’intérieur. Toi-même tu sais).

Elle se retrouve donc en route pour sauver le monde, sans comprendre pourquoi un paquet de malades lui collent au fesses pour avoir ce pin’s un peu louche qu’elle a récupéré en taule, en compagnie d’une gamine qui a une tendance certaine à éluder ses questions et d’un ronchon qui les esquive totalement. Et d’ailleurs, il faut reconnaître que ça lui va plutôt bien à Clooney, le rôle du vieux râleur désabusé. L’ensemble forme un trio qui se tient bien et qu’on suit avec autant de plaisir qu’on en a eu à les découvrir.

c1286846f70245d11a7348325fd185c1

C’est à mes yeux l’un des plus gros points positifs de ce film : il prend vraiment le temps de nous présenter les personnages, de les expliquer, de les nuancer un peu pour qu’ils n’aient justement pas cette dimension héroïque qui rendrait l’ensemble vraiment too much. On les suit petit à petit, on les découvre au point de finalement se demander comment les scénaristes vont réussir à boucler leur intrigue dans le peu de temps restant. Et la réponse est… branlante. La fin arrive vite – trop vite – avec des explications trop rapides. Mais en fait… ça n’a que peu d’importance. Parce que plus qu’une intrigue un peu mince par moments, Tomorrowland c’est d’abord un message. Un message qui peut tous nous toucher, qui nous dit qu’aussi sombre que soit une situation, elle n’est jamais figée et qu’on peut agir pour changer ce qui nous entoure en quelque chose de mieux.

Verdict

A mes yeux, malgré son étrange construction, Tomorrowland est une vraie réussite. Un long-métrage qui a du sens, comme Disney a déjà su en faire et qui peut toucher tous les publics. Enfants, adolescents, adultes, on peut tous se retrouver dans le message d’espoir du film, émaillé d’un humour qui a depuis longtemps fait ses preuves. Alors bien sûr, certains diront de lui qu’il est bien-pensant, qu’il enfonce des portes ouvertes… Mais ce n’est pas présenté ainsi. Loin d’être moralisateur et pincé, Tomorrowland nous invite à prendre nos vies en main pour rêver toujours plus loin.

Et vous savez-quoi ? En sortant, moi aussi je me suis surprise à espérer trouver un pin’s !

 

Article écrit par notre ancienne rédactrice Delrya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.