Battlefield 1 : plongée mortelle durant la Der des Ders

Et oui, j’ai craqué, car je suis faible et bourré de thunes (c’est bien connu), j’ai mis la main sur le fameux et tant attendu, et déjà tout autant décrié Battlefield 1 !

Fi des baragouinages explosifs de la sempiternelle et indémodable Seconde Guerre mondiale, fi des guerres futuristes, BF 1 immerge ici le joueur dans l’enfer de la Première Guerre mondiale, avec son lot de tranchées, de coups de pelles dans la tronche et d’obus qui vous pètent à la gueule.

J’entends d’ici hurler de rage certains de mes compères Trolls qui liront ces quelques lignes. Mais désolé les gars, BF1 n’est pas à boycotter. Alors oui, il n’y a pas les Français (ni de Russes… Oh bah, qu’est ce que pèsent quelques millions de morts face au Swag des ricains dans leurs chars démesurés ?) dans le jeu, à part en DLC et dans la campagne solo… C’est aberrant, surtout quand on parle de la Première Guerre. Clairement. Voilà bien le fond du problème : BF 1 est malheureusement tellement bon qu’il fait vite oublier tout cela.
C’est un jeu, on tire sur des pious pious, et quand on est dans le feu de l’action on se moque de savoir sur qui on tire ou quels skins ont les bonhommes qui décèdent, ce sont juste… des méchants. Et l’Histoire, la vraie, devient secondaire. Ce qui, éthiquement, pose un problème. Tout le monde connait la Seconde Guerre mondiale, les tenants et les aboutissants, c’est moins clair pour la Première Guerre qui commence à être floue dans les mémoires collectives (et notamment celle des jeunots qui vont se jeter sur ce FPS). Faire un jeu sur cette boucherie sans être fidèle revient à réviser un des plus grands cataclysmes de notre histoire. Et c’est limite.
Alors DICE a choisi le parti pris du funambule : « Désolé les gars, on vous assure, ils seront dans la campagne solo ! » Certes, mais BF1 est avant tout multijoueur.

Pour dynamiter l’action, DICE a aussi revisité les affrontements : on ne reste plus cloîtrés dans des tranchées à subir l’enfer comme nos bons vieux poilus. Notez bien qu’un jeu doit amener son lot de fun, et la guerre de position n’était pas forcément la guerre la plus « rythmée » (si je puis dire) qui soit. Alors les devs ont opté pour une Première Guerre plus speed, plus Blitzkrieg Style… Plus ludique tout simplement. Et heureusement pour la frénésie ininterrompue.

rendition1-img

Au programme : des conquêtes de territoires en multi (sorte de campagnes en attaque/défense sur une carte évolutive) en plus des modes classiques (deathmatch, capture the flag, etc), des armes old school, du corps à corps, des vieux tanks, de la destruction du terrain de jeu, les Turcs jouables (fait assez rare pour être mentionné), etc, etc…

En bref, l’immersion est immense, l’ambiance est à couper le souffle, les graphismes vous décollent la rétine. L’action est intense au milieu des rues et des champs de batailles évolutifs. Rarement je n’ai eu le palpitant à 110 en jouant à un FPS. Rarement je n’ai vécu un tel déluge de feu et d’explosions que sur la carte d’Amiens pour ne citer qu’elle… Voilà, je le lance comme ça sans plus d’atermoiements : BF 1 est une grande réussite dans le monde des FPS modernes, une franche claque pour le multijoueur survolté (64 joueurs qui s’entretuent dans la joie et la bonne humeur dans des décors d’apocalypse, ça vous change un joueur).

PS : entre nous, si vous voulez un autre jeu sur la Première Guerre mondiale, fidèle, exigeant, et viscéral, je vous conseille de relire notre test de l’excellent Verdun que vous trouverez ici. Et n’oubliez pas :

« La guerre n’est pas une aventure. La guerre est une maladie. Comme le typhus… »

 

 

LazyLumps

Déjà petit, le troll Lazylumps collectionnait les cailloux. Après en avoir balancé un certain nombre dans la tronche de tout le monde, il est devenu le "Rédak' Chef" de la horde, un manitou au pouvoir tyrannique mais au charisme proche d'un mollusque. Souvent les nuits de délire on l'entend hurler "ARTICLE ! ARTICLE ! IL FAUT UN ARTICLE POUR DEMAIN".

Lâche ton cri

  • 24 octobre 2016 at 21 h 10 min
    Permalink

    ahahah on était déjà pas loin avec Shellshock Nam 67 si mes souvenirs sont bons ;)

  • 24 octobre 2016 at 14 h 48 min
    Permalink

    Une nouvelle re-écriture de l’histoire par les US, à quand un reboot du battlefield Viet Nam histoire de definitivement faire oublié cette défaite, pardon, transfert d’autorité^^

  • 24 octobre 2016 at 13 h 09 min
    Permalink

    Après, ils ont pris la liberté de modifier l’histoire… avec des tanks partout etc (dans la vraie réalité vraie, les tanks, y’en a pas eu plus d’une trentaine sur toute la première guerre!). Au fond, pourquoi pas. Mais là ou ça me fait vraiment tiquer, c’est qu’ils ne l’ont pas assumé. Ils ont fait un jeu qui se voulait « fidèle » avec des explications historiques entre les parties…
    Et là, c’est malhonnête et dangereux.

  • 24 octobre 2016 at 13 h 00 min
    Permalink

    Je suis d’accord avec toi, le jeu en lui même a l’air bien mais ce n’est pas la première guerre mondiale.
    Sans parler du combat de tranchée qui est peu intéressant de base, il n’y a aucun respect du matériel et des armes d’époque: fusil semi-auto pour tout le monde et tanks roulant à 50km/h.

    Un bon battlefield sur la deuxième guerre mondiale aurait été mieux rien que pour la variété de matériel, car la tu te retrouve avec des armes qui ont été produit à quelque centaine ou milliers d’exemplaire entre toute les mains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.