Blood Rage : Le Valhalla à portée de mains

Blood Rage : Le Valhalla à portée de mains

Ça faisait un moment que je ne vous avais pas parlé de jeux de société (les mauvaises langues diront que ça faisait un moment que je ne vous avais pas parlé tout court…). Le jeu d’aujourd’hui me trottait dans la tête depuis… et bien environ sa sortie française en 2016… Pourquoi attendre aussi longtemps ? Tout simplement parce que je vous cause d’un jeu à 90 euros alors j’ai un peu dû patienter avant de pouvoir me le procurer (surtout que j’avais déjà vendu ma famille pour acheter les figurines Star Wars Armada). En plus j’ai craqué et j’ai aussi pris ses extensions auxquelles je consacrerai un petit paragraphe en fin d’article. Quel est donc ce jeu me demandez-vous, chers lecteurs impatients ? Blood Rage ! Un jeu de baston avec des Vikings qui pourra fièrement porter sa bannière coup de cœur tant il a su (à l’instar de Kemet) rebattre les cartes de l’excellence en ce qui concerne les jeux de conquête de territoires.

Le Ragnarök est seulement le commencement

Blood Rage nous plonge dans un univers mythologique scandinave à un moment assez particulier : la fin du monde. Alors que les faibles se réfugient dans leurs maisons et leurs châteaux, le sang des fiers clans vikings s’est mis à bouillonner ! L’ultime bataille est arrivée ! Il est temps de rejoindre les dieux au banquet d’Odin ! Pour cela une seule solution, la mort ! Mais pas n’importe quelle mort, celle qui restera dans les mémoires pour l’éternité, seule la gloire nous ouvrira les portes du Valhalla !

Vous trouvez que j’en fais trop ? Pourtant je viens seulement de vous donner le pitch du jeu. Les joueurs vont en effet incarner des clans vikings qui ont décidé de quitter le monde l’épée à la main. Cette gloire que les guerriers recherchent, votre objectif principal en tant que joueur, ne s’acquiert (étrangement) pas diplomatiquement dans Blood Rage. Pour cela il vous faudra tuer, piller, accomplir des quêtes, et surtout mourir. Chacune de ces actions rapporte de la gloire et en avoir le plus signifie tout simplement que vous avez remporté la partie ! À vous maintenant de prouver que le clan le plus glorieux est celui du Loup, du Corbeau, de l’Ours ou encore du Serpent, selon le camp que vous avez choisi au tout début de la partie. Si rien ne les fait différer au commencement (si ce n’est les SUPERBES figurines et illustrations, j’y reviendrai) ce sera votre gestion et votre placement des guerriers qui donneront une identité propre à vos Vikings au cours des trois âges que comporte cette apocalyptique bataille.

En effet une partie de Blood Rage se découpe en trois âges qui eux même sont divisés en plusieurs étapes :

La première est le draft : sur une aide de jeu à côté du plateau vous trouverez des cartes correspondant à chaque âge, vous en distribuerez 8 à chaque joueur puis parmi celles-ci vous en choisirez une. Vous passerez ensuite le paquet à votre voisin de gauche. Celui-là fera de même et vous ferez tourner les paquets jusqu’à avoir mis 6 cartes de côté. Les dernières sont défaussées (histoire de renforcer la rejouabilité du jeu tout en laissant une belle inconnue sur les cartes que possèdent vos adversaires).

La deuxième est la phase d’action, phase principale du jeu où vous ferez vos placements de troupes, vos améliorations, vos pillages, etc… jusqu’à épuisement de votre Rage (qui est en fait la monnaie du jeu) et de celle de tous les joueurs.

La troisième, la défausse, va très vite, vous défaussez toutes vos cartes non jouées ce tour-ci sauf une, que vous gardez pour l’âge suivant.

La quatrième est assez marrante car elle permet de beaux retournements de situation dans les scores de gloire. La phase de quête vous permet de révéler toutes les quêtes que vous avez (ou pas) accomplies pendant la deuxième phase. En cas de succès, ces quêtes vous rapporteront des points de gloire mais également des améliorations de votre clan, il est donc important de ne pas les sous estimer car si elles ne donnent pas de résultats immédiats, sur le long terme, elles renversent tout simplement la partie.

La cinquième phase est la destruction d’une région (et de tous ses occupants). Et oui on n’oublie pas que c’est la fin du monde, du coup en « détruisant » des régions, le plateau devient plus petit à chaque âge car vous ne pourrez plus retourner dans cette partie du jeu. Il peut être intéressant d’y envoyer des troupes juste avant car chaque unité détruite lors de cette phase rapporte des points de gloire !

Enfin la dernière phase du tour : le retour du Valhalla, en effet vos guerriers n’ont pas accès directement au Club Med, il faudra mourir plusieurs fois pour gagner son ticket d’entrée ! Vous récupérez donc tous vos soldats/drakkars/monstres tombés au combat au cours de l’âge et vous les remettez dans votre réserve. (Se faire exploser la tronche lors de la destruction d’une région par une météorite géante à l’étape précédente est aussi considéré comme une mort au combat.)

Faites tout cela trois fois et vous serez (ou non, selon votre score de gloire) invités à dîner à la table d’Odin !

I live, I die, I live again !

Après cette vue d’ensemble, attaquons si vous le voulez bien, le cœur du jeu : la deuxième étape, la phase d’action ! C’est en effet à ce moment du jeu que vous allez gérer directement votre clan. Lors de la première phase vous avez mis de côté des cartes, celles-ci vont vous permettre différentes choses : recruter des monstres (les grosses figurines qui font bien envie sur le côté du plateau), donner des bonus passifs à l’ensemble de votre clan, améliorer un type d’unité en particulier (et donnant aussi une invasion gratuite au passage à cette unité), mettre une quête en réserve, et enfin, booster vos troupes lors d’un pillage (une bataille, en fait, mais gardons la terminologie du jeu). Il est donc important de prévoir comment vous allez accomplir la phase d’action lors du draft des cartes !

Cependant ne paniquez pas, tout reste extrêmement clair ! Le premier âge est quasiment fait pour apprendre à jouer, il y aura peu d’action, les points de Rage étant très limités au tout début de la partie. Cela suffira amplement pour comprendre toutes les mécaniques et pour que vous passiez un excellent moment dans les deux âges suivants. De plus, sur votre fiche de clan, toutes les actions possibles sont détaillées et l’aide de jeu sur le côté du plateau vous permettra de toujours vous repérer : à quelle étape on est, quelle sera la région qui sera détruite à la fin de l’âge… Quand au score c’est tout simplement le cadre du plateau ! Tout est sous vos yeux !

Pourquoi toutes ces précisions d’un coup ? Tout simplement parce que je m’apprête à détailler les 5 actions possibles pendant cette phase d’action et que je ne voudrais pas perdre la moitié de mes lecteurs ni démotiver les autres après cet impressionnant listage de règles.

Donc ces actions, quelles sont elles ? On en a vu déjà quelques unes avec la description des cartes. Attention vous ne jouez qu’une seule action à votre tour puis c’est au joueur suivant !

Nous avons en premier l’Invasion : vous prenez une de vos figurines en réserve et vous la placez sur une région pour le prix de sa force en Rage.

La Marche : pour 1 de Rage vous prenez n’importe quel nombre de vos figurines d’une région et vous les envoyez sur n’importe quelle autre région (pas besoin de se cantonner aux régions adjacentes). Vous pouvez tout à fait laisser des gars dans la région de départ, par contre interdiction de séparer les troupes qui se déplacent, chaque marche n’a qu’une seule destination !

L’Amélioration : incroyable mais vrai c’est là que vous pouvez poser une carte d’amélioration de votre clan sur votre fiche de clan ! Mais ce n’est pas gratuit, la plupart des améliorations coûtent également de la Rage. C’est aussi avec cette action que vous allez acheter les monstres mercenaires. (N’oubliez pas que vous avez également le droit à une invasion gratuite si vous améliorez une de vos unités, de même pour le recrutement, c’est le moment de faire d’une pierre deux coups !)

La mise en réserve des Quêtes : là vous ne ferez que prendre une carte quête de votre main et vous la placerez face cachée sur votre fiche de clan. C’est assez frustrant parce que ça donne l’impression d’avoir un peu gâché son tour mais n’oubliez pas, si vous réussissez la quête la récompense est largement à la hauteur du sacrifice ! Et puis ça ne vous coûte pas de Rage !

Dernière action, j’ai gardé le meilleur pour la fin,  le Pillage (ah bé enfin il parle de la baston !) : chaque région du plateau a sur elle un pion que le gentil organisateur a mis lors de la mise en place du jeu, (il est tiré au hasard, du coup, toujours plus de rejouabilité !!), ce pion indique la récompense qu’un pillage réalisé avec succès vous rapportera. Ces récompenses sont de la Rage (histoire de pouvoir faire plus de trucs lors des âges suivants), des Haches (chaque bataille gagnée vous donnera plus de gloire) ou des Cornes (qui vous permettront de repousser votre limite d’unité sur le plateau). Ou les trois en même temps si vous vous sentez assez Viking pour aller dans la région centrale, Yggdrasil ! Pillez toutes les régions accessibles du plateau et vous mettrez brutalement fin à la phase d’action ! Mais sachez ceci, si vous déclenchez un pillage vous devrez vous battre, car les autres joueurs peuvent intervenir. Depuis les régions adjacentes vos adversaires pourront lancer leurs troupes dans votre territoire pour vous ravir la zone, cependant dans la limite des places disponibles. En effet chaque région comporte un certain nombre de cases qui indique une limite de population, enfin chaque région… Toutes sauf une, qui se trouve être également adjacente à toutes les autres régions, je veux bien sûr parler de la région centrale, Yggdrasil ! Autant vous dire qu’ici au Cri à chaque fois qu’un joueur place un pion dans cette zone un sourire carnassier vient se visser sur nos trognes !

Pour remporter un pillage rien de plus simple, il suffit d’être le plus fort ! On additionne les forces en présence et celui qui a le plus gros score tue tous les autres. C’est le moment de sortir vos cartes de combat ! Vous pouvez effectivement jouer une carte qui améliorera votre score de force ou qui influera plus ou moins négativement les scores de vos adversaires. Bien sûr vos adversaires vont faire de même et une baston peut se terminer avec zéro survivants (en cas d’égalité par exemple). À ce moment là, personne ne remporte la récompense et toutes les figurines qui ont participé sont envoyées au Valhalla ! De même si vous remportez un pillage mais que vous n’en êtes pas l’instigateur, vous ne gagnerez que les points que vous octroient la victoire, il faudra piller par vous même après pour remporter la récompense. Fait important, seul le vainqueur de la bataille défausse la (ou les) carte(s) qui lui ont permis de gagner, les autres bien qu’ils perdent des figurines gardent leurs cartes de baston. Vu les effets de certaines de celles-ci, cela peut avoir des conséquences dramatiques pour les futurs pillages ! Pour finir la récompense de chaque région ne peut être gagnée qu’une seule fois, après il est inutile de revenir dans la dite région sauf si vous ne faites que passer (et que vous voulez éviter la zone centrale). La récompense redeviendra disponible lors de l’âge suivant.

Voilà vous savez tout des règles de Blood Rage !

À Thor et à cris

Non mais je vous jure que c’est simple, je sais que vous avez les yeux qui saignent là, mais avec le plateau sous le nez ça va vraiment tout seul !! D’ailleurs parlons un peu de ce plateau. Absolument grandiose bien que très grand (prévoyez une grande table pour le jeu), il est pourtant l’un des trucs les moins beaux. Prenez le temps de le parcourir des yeux, contemplez les détails, observez la richesse de ce décor. C’est tout simplement hallucinant et relisez mes deux phrases précédentes. Oui c’est un des trucs les moins chouettes parce que maintenant vous allez poser les yeux sur les illustrations des clans, de leur chef, de leurs guerriers, de leur drakkar et puis les cartes de quête, de baston et d’amélioration… Le souci de l’ambiance, les émotions des personnages, cette passion guerrière qui habite chaque recoin des dessins suintent de toutes les illustrations d’un Adrian Smith en état de grâce ! Son envie de rendre le plus possible hommage à la création que vient de pondre son collègue Eric Lang transcende le cadre du jeu et vous donne envie d’afficher ces dessins pour en décorer votre appart/maison/hutte !

Et je ne vous ai pas encore parlé des figurines. En plastique certes, non peintes certes, ce sont juste les illustrations avec TOUS leurs détails en 3D sous vos yeux. Des figurines comme ça on n’en voit pas tous les jours ! Et ils en ont fait plein ! Chaque monstre (gargantuesque vous vous en doutez), plus les chefs de clans et leurs guerriers (2 modèles différents par clan en plus !) et les drakkars, ça nous fait un total de 49 bonshommes tous plus beaux les uns que les autres ! Juste dans la boîte de base ! Parce que les extensions ajoutent un nouveau clan, le clan du Bélier (pour jouer à 5) ! Des nouvelles unités pour chaque clan (y compris pour le clan du Bélier), les Augures, qui se jouent non pas comme des monstres recrutables mais comme des améliorations de clan (du coup c’est à vous de choisir pendant le draft si vous les voulez ou pas) et enfin les dieux eux même qui viennent se mettre sur la tronche avec nos chers vikings. Ils changent radicalement les bastons dans la région où ils se mettent puis migrent quand un pillage a eu lieu. Et ne croyez pas que les extensions ont été faites avec moins de soin, ce serait une redoutable erreur ! Bref la version la plus complète du jeu nous amène à un total hallucinant de 75 figurines (si j’ai bien compté) tout simplement resplendissantes ! On a donc affaire à une réussite totale au niveau de la présentation.

Le rangement est lui aussi tout à fait correct. C’est loin du nawak de Star Wars Armada qui ne prévoit juste rien du tout pour ranger les figurines à 20 ou 30 euros pièces, mais ce n’est pas aussi pratique que le rangement de The Island. Prévoyez de quoi ranger les cartes et les jetons. Les figurines, elles, seront par contre parfaitement protégées dans des plastiques thermoformés pour les accueillir.

Le jeu comporte tout de même quelques défauts, en outre par l’espace imposant qu’il requiert, il reste un jeu difficile à sortir. Pas franchement passionnant à deux, et sans l’extension on ne peut pas jouer à plus de quatre. Du coup il faut être pile le nombre ou le ranger. Mais son principal défaut reste son prix ; 90 euros environ pour la boîte de base, 3 extensions (25€, 25€, et 35€ pour l’extension 5 joueurs) Blood Rage va vider votre porte monnaie plus rapidement que les soldes Steam. Alors comme je le disais pour Armada, l’excellence a un prix mais ce sera évidemment quelque chose à prendre en compte lorsque vous vous déciderez à investir. Sinon j’ai beau me creuser la tête, je n’en vois pas d’autres, en terme de jeu il est parfait !

Rejouable à volonté, beau à en crever, fun immédiatement, difficile de ne pas tomber sous le charme de Blood Rage. Jeu possédant des mécaniques simples (Si ! Si !), il vous proposera pourtant des stratégies subtiles et bien plus profondes qu’il n’y paraît au premier abord ! En effet qui aurait pu croire que perdre sciemment toutes ses batailles sur un jeu de conquête de territoires serait une tactique viable ? Les cartes, appelées dans le jeu faveurs des dieux, proposent des variations selon les divinités (Odin fait gagner de la gloire, Frigga protégera vos troupes et Loki sera … lui même !) et remplacent totalement un système de dés qui pourrait être très frustrant. On s’améliore à chaque partie, les extensions offrent des variantes intéressantes mais dispensables (sauf peut-être le clan du Bélier) et juste pour l’ambiance on a envie d’y retourner. Pendant 1h 30 environ on sera à la fin du monde, on enverra toute notre âme dans un combat qui n’a de sens que dans la beauté de la violence et dans la gloire d’une victoire contre un Géant de glace entre les branches enflammées d’un arbre-monde mourant ! On en oublierait presque qu’on joue à un jeu de plateau ! Bref oubliez Risk et ses ersatz foireux, et jouez à Blood Rage, vous ne le regretterez pas !

Pictures by Shut Up & Sit down : Even if they didn’t like the game as much as I did, their review is hilariously awesome !

Nemarth

Cet individu est un gobelin fait homme. Hautement imprévisible, il représente un danger pour la Société. A éliminer à vue.