Les 3 Brigands : un livre, un film et maintenant un jeu

Jouer aux jeux de société, c’est quand même assez cool. Mais quand on a un voire plusieurs marmots, il n’est pas très pertinent de sortir des jeux complexes tels que Kemet, Conan, ou que sais-je encore. Petrocore et sa paternité approchante (gros scoop) se dévouent donc pour tester un jeu de société qui peut être proposé, selon l’inscription sur la boîte, aux enfants à partir de 5 ans. Et en plus, il est tiré d’un livre que beaucoup d’enfants connaissent : les Trois Brigands

La boîte du jeu, vous l’aurez deviné

Trois brigands, quatre joueurs

Entrons dans le vif du sujet : vous incarnez les brigands (de deux à quatre, selon le nombre de joueurs) et devez, tout comme dans le livre, attaquer des diligences. Vous avez pour ce faire des cartes attaques de trois types correspondant à trois couleurs : les haches pour le rouge, le soufflet à poivre pour le jaune et le pistolet pour le orange. Et ça tombe bien, car il y a sur le plateau principal trois cartes butin correspondant à ces mêmes couleurs. Chaque joueur doit, en début de manche, choisir une carte attaque de sa main et la poser face cachée sur la table devant lui. Quand tout le monde est prêt, on retourne les cartes : les joueurs ayant la carte la plus forte pour chaque couleur remporte le butin de la couleur correspondante.

Chaque brigand a deux objectifs : ramasser assez de pièces d’or pour construire une ville capable d’accueillir les orphelins (trois pièces de puzzle à assembler, chacune coûtant huit pièces d’or) et réussir à trouver Tiffany, la petite fille aussi présente dans le dessin animé et le livre.

un petit aperçu du plateau

C’est là que le coté stratégique du jeu apparaît : comme vous pouvez le voir ci-dessus, les cartes butin contiennent sur leur verso une, deux ou trois pièces d’or. Plus il y a de pièces dessus, plus il y a de chances que le butin soit gros et donc que le joueur qui la remporte avance vite (il y a même quelques cartes où les voyageurs de la diligence fuient sans nous donner d’argent). Autre élément à ne pas perdre de vue : la petite Tiffany ne se trouve que dans des cartes avec trois pièces d’or au verso. Il faudra donc bien réfléchir à quelles cartes convoiter, peser le pour et le contre de chaque attaque, accepter de laisser du gros butin pour avoir quelques piécettes sûres et garder ses cartes d’attaque puissantes pour un futur assaut… Bref ! Action et réflexion, un combo gagnant.

C’est-y pas chouki ?

Trois brigands, trois supports

Les Trois Brigands étant édité par l’école des loisirs, qui s’y connaissent un peu en gamins, le jeu est d’une clarté exemplaire. Comme les labos testent leurs produits sur des animaux, j’ai décidé de tester le jeu sur un enfant de cinq ans, partie la plus basse de la fourchette proposée par l’éditeur (je n’ai pas pu tester la fourchette haute, je ne connais pas de petit vieux de cent-cinq ans). Et bien il faut reconnaître que, une fois le jeu expliqué et après quelques manches, le sujet de mon expérience s’y est retrouvé assez vite, grâce aux codes couleurs des cartes attaques mais aussi au carton range-pièces individuel. 

carton que voici

Au final, c’est pas difficile : quand il y a une pièce d’or sur chaque petit rond gris, c’est qu’on peut acheter un bout de ville ! Une super aide au calcul qui permet à l’enfant de compter sans craindre de se tromper et de gérer un peu son argent tout seul. Là où il faudra être vigilant, c’est sur ses choix d’attaques (le spécimen observé n’avait pas un sens stratégique très poussé, mais c’est l’âge qui veut ça) et, bien entendu, sur l’acceptation de son destin en cas de défaite et la gestion de son caprice post-branlée.

Autre qualité du jeu : étant donné qu’il est tout d’abord issu d’un livre, qui a lui-même donné naissance à un film d’animation, il n’est pas bien compliqué de faire la continuité entre les trois. Et vu que les deux supports ont généralement leur petit succès auprès du jeune public, voire du moins jeune (moi perso, j’adore), ça peut être un super moyen d’introduire le jeu.

C’est beau une ville la nuit

Excellente surprise donc que ce petit jeu les Trois Brigands. Sous ses airs de simple occupation pour enfant, il sait mêler à la fois l’action des jeux de cartes de batailles à des choix stratégiques et de gestion, certes basiques mais très efficaces. Le fait que les Trois Brigands bénéficie d’un matériel bien installé dans le monde de l’enfance n’est qu’un autre atout jouant en sa faveur auprès du jeune public. Si vous cherchez une sorte de « vrai » jeu de société pour enfants, et bien  n’allez pas plus loin ! Les Trois Brigands est ce qu’il vous faut.

P.S. : En plus je trouve ça plutôt sain d’apprendre aux jeunes générations que, pour construire des structures venant en aide aux plus démunis, il est nécessaire d’aller chercher l’argent directement dans les poches des bourgeois, et si possible par la force.

Petrocore

Tout comme Narfi, Petrocore est issu de la sous-espèce des Trolls du Périgord (d'où son nom). Il se nourrit de tout ce qui passe à sa portée du moment que ça a été cuit dans de la graisse d'oie, voire de canard. Parce qu'il aime le gras, Petrocore est surtout versé dans la musique métal brutale et toutes sortes de produits faisant preuve d'un bourrinisme sans failles ou d'un humour pas fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.